Au moins 27 morts entre le Tchad et le Soudan pour 5 têtes de chameaux

Des chameaux
Des chameaux

Le Tchad et le Soudan sont à pied d’œuvre pour mettre un terme au conflit intercommunautaire qui a éclaté à leur frontière commune. Un nouveau bilan établi par la commission mixte mise en place par les deux pays fait état de 27 morts. A l’origine de ce drame, un vol supposé de bétail.

Des dispositions ont été prises «pour éviter le conflit intercommunautaire» à la frontière entre le Tchad et Soudan. Ce, suite aux affrontements survenus le 4 août, à la frontière entre le deux pays voisins. Après un bilan initial établi vendredi faisant état de 18 personnes ayant perdu la vie, à l’Ouest du Darfour, au Soudan, l’armée tchadienne a annoncé, dans la soirée de samedi, que le décompte est passé à 27 morts. Sans compter que 36 blessés ont été enregistrés.

Lors d’un point de presse, le ministère tchadien de la Défense a indiqué que «le bilan de cet incident douloureux intercommunautaire à l’Ouest du Darfour, établi par l’état-major de la force mixte Tchad-Soudan fait état de 18 personnes tuées et 14 blessés côté soudanais et 9 morts et 22 blessés côté tchadien». Selon l’armée tchadienne, «le problème serait parti de l’enlèvement de cinq têtes de chameaux en territoire tchadien par des citoyens soudanais, ce qui a dégénéré en affrontements lors de la poursuite par les propriétaires».

Le gouverneur de la province soudanaise du Darfour, Arkou Minni Minnawi, a, pour sa part, indiqué que c’est une bande armée qui s’est infiltrée en provenance du Tchad et a commis ces crimes et a volé du bétail, relève Anadolu. «Ce genre d’incidents malheureux et répétitifs est de nature à fragiliser la cohésion sociale et la cohabitation pacifique entre la population transfrontalière», déplore de son côté le ministère tchadien de la Défense.

Alors que la crainte d’une fermeture de la frontière était soulevée, le ministre tchadien de la Défense, le Général Daoud Yaya Brahim, a confié, ce dimanche matin que son pays n’a «pas fermé la frontière, mais nous avons pris toutes les dispositions pour éviter les attroupements de part et d’autre afin d’éviter le conflit intercommunautaire». Vendredi, le Conseil de sécurité et de défense du Soudan, suite à une réunion présidée par Abdel Fattah al-Burhan, a «exhorté la partie tchadienne à poursuivre les criminels et à récupérer le bétail volé dans les plus brefs délais».

Lire : Soudan : des dizaines de morts dans des affrontements au Darfour