Au campus d’Ekounou, on se croirait en effet dans un village de l’Ouest

Son Excellence Tonye Bakot ne s’est pas trompé dans son constat statistique, mais il s’est fourvoyé dans son analyse et partant dans les orientations qu’il a données au Père Martin Briba, s’exposant par-là à la critique. Dès l’objet, sèchement intitulé statistique, on pense qu’il s’agira d’une correspondance peu inspirée. Quand ensuite il annonce qu’il agit sur « prière » du Conseil supérieur dont il est membre, donc sur recommandation de lui-même, on voit pointer une catastrophe. Quand enfin il utilise des données partielles, sans préciser l’analyse qui en a été faite, on en déduit, au juger, que l’Eglise vient d’engager la société camerounaise sur une pente savonneuse.

Dire, comme il l’a fait, qu’il y a trop de Bamilékés à l’Université catholique revient tout simplement à soutenir qu’il y a trop de Bamilékés au Cameroun. Ceci étant la conséquence la plus directe de cela. Dire qu’il y a trop de Bamilékés au Cameroun, c’est emprunter inconsciemment son exaspération aux politiciens les plus vils et au mieux ne rien savoir des risques réels de tensions ethnistes au Cameroun.

Le prélat de Yaoundé, que l’on présente toujours, avant ou après toute critique à l’encontre de ses positions, comme un homme intègre, aurait pu prendre le problème par le bout le plus légitime de la sous-représentativité des régions orientale et septentrionale du Cameroun. Au lieu d’essayer de faire de Martin Briba le victimaire du Conseil Supérieur. Au lieu de stigmatiser un peuple dont bien des élites, comme atteintes de délire de persécution, sont toujours promptes à jouer la carte du peuple souffre-douleur.

La méthode Bakot en question

Si l’on soupçonne l’existence de réseaux Bamilékés à l’Université catholique d’Afrique centrale, c’est à bon droit que l’on peut diligenter des missions de contrôle pour auditer l’admission des étudiants et le recrutement des enseignants dans cette institution universitaire, jusque-là réputée sérieuse. Peut-être l’archi-évêque devrait-il également se rendre à Bastos afin d’exiger à toutes les chancelleries occidentales qu’elles justifient la présence si « écrasante » (l’épithète a été utilisée par l’homme de Dieu, elle a comme synonymes accablante, désespérante, etc.) des Bamilékés dans les universités occidentales. Ils sont les plus nombreux à la simple observation, sans qu’il soit besoin de statistiques ultra sommaires.

Les statistiques du Conseil Supérieur de l’Université catholique d’Afrique centrale que le grand chancelier invoque, pour être partiales n’en sont pas moins révélatrices des limites du système de concours d’entrée en première année. Les politiques d’admissions dans les facultés doivent reposer sur des critères « finement ajustés » à l’objectif d’équilibre poursuivi par l’UCAC. Les admissions en philosophie et en cycle de master, qui se font sur étude de dossier, peuvent servir de « benchmark » à de nouvelles bases statistiques, et servir d’expérimentation avant une généralisation de la formule.

En procédant plus subtilement, le Conseil supérieur de l’UCAC aurait pu, mutatis mutandis, créer des pôles de recrutements prioritaires à l’instar des ZEP (zone d’éducation prioritaire) en France. L’ethnie ne serait plus le seul catalyseur statistique, l’origine sociale serait également prise en compte, pour ne pas que l’on affirme demain que les fils des plus riches sont aux fonctions les importantes parce qu’ils sont les plus méritants. Le mérite académique ne peut pas prospérer dans des situations d’injustice ou de confusion sociale.

L’idée de compensation progressive (donc de discrimination graduelle) telle qu’exprimée dans la correspondance de Tonye Bakot introduit un regrettable biais ethnique dans une question de justice sociale tout ce qu’il y a de plus défendable. S’acheminerait-on dès lors vers la solution radicale des quotas ethniques ? L’Eglise catholique de Rome va-t-elle singer l’Etat laïc du Cameroun ? Les hypothèses de tricherie sont puériles, les anecdotes et les cas particuliers ne sauraient tirer à conséquences, on est encore dans les ragots, dans les conversations de comptoir.

Le problème est celui de la définition du mérite au Cameroun

Ce peut être un souci d’équité et de saines motivations qui ont incité le Grand chancelier à ce recadrage ethnique, cette alerte au Bamiléké.

D’ailleurs, pour autant que le traitement discriminant repose sur des procédures arrêtées et vérifiables assurant que deux personnes placées dans la même position initiale (à handicap et aptitudes équivalents) voient leur cas examiné selon des critères identiques, une inégalité de fait dans la représentativité de régions différentes peut justifier en droit et en conscience une dérogation à l’égalité formelle entre individus.

Ce n’est donc pas le doyen seul qui peut donner la réponse la plus appropriée au « problème », sauf à lui demander, lui qui n’est pas Camerounais, de procéder purement et simplement à l’épuration des Bafang… Si l’on s’en tient à l’analyse statistique du prélat l’on doit pousser la logique d’équilibrage jusqu’au bout et s’assurer désormais que l’on ait une part égale de « Norde » et de « Sude » parmi les Centrafricains, que les Tchadiens de l’Institut ne soient pas tous des Arabes Choa, etc. En réalité, seule l’autorité normative, le Conseil supérieur en personne, a les moyens de mener une telle ambition avec succès.

Quant à ceux qui ont lancé les premières pierres

Edmond Kamguia par exemple, un journaliste qui n’est peut-être pas tribaliste, et peut-être pas Bamiléké, a ainsi taxé l’archevêque métropolitain de Yaoundé à la fois de « tribalisme à ciel ouvert » et de vouloir instaurer « l’apartheid ». Alors que sur ce coup, a priori, ce sont les ressortissants du Nord et de l’Est qui seraient plus fondés à utiliser cette rhétorique.

Ecrire, en manière de protestation, que les Bamilékés sont les plus méritants parce qu’ils sont les plus nombreux, parce qu’ils réussissent le plus facilement ou parce qu’ils ont les communautés les mieux organisées, est inexact et dangereux. Cela reviendrait de fait à soutenir la thèse de l’infériorité des peuples de l’Est, ressources rares dans la haute administration et dans les affaires. A la limite, il est impossible de définir justement le mérite, sans supposer (ou exiger) à la base un minimum d’égalités entre les différentes composantes sociologiques.

Mais enfin, quand on écrit dans un paragraphe qu’untel est un homme intègre, on ne peut pas l’accuser de tribalisme c’est-à-dire de haine d’autrui dans le paragraphe qui suit. Par simple souci de cohérence. Intègre, contrairement à qui ? La démission du père Lado, ce vendredi 20 juillet, est-elle un acte d’apaisement et d’intégrité ? Si le saint homme n’a pas pu digérer la faute présumée du prêtre jésuite, la foule stupide et incroyante va-t-elle jamais trouver des circonstances atténuantes à ce qui n’est pas du tribalisme mais y ressemble fort, n’est pas encore un défaut d’intégrité mais s’en approche dangereusement ?

Pardonnons leur, mais seul le Ciel les absoudra

En attendant l’invention par le Saint-Siège d’un dogme sur l’infaillibilité épiscopale, ce que l’on doit regretter chez nos-seigneurs, c’est qu’ils sortent avec leurs bons sentiments et leurs habits de Zorro, leurs pouvoirs temporel et divin, sans jamais prendre un minimum de précautions intellectuelles. A moins de solliciter systématiquement la foi du peuple de Dieu plutôt que son intelligence, ils sont d’une imprudence, ma foi, ahurissante ! Il y a eu beaucoup de choses vraies dans tout ce qui a été reproché à l’évêque de Kribi, il y en a de justes dans tous les excès que l’on retrouve au sujet de son éminence Tonye Bakot.

Lire aussi :

 Equilibre régional ou projet national ?

 Cameroun : une association propose de consacrer une journée par an pour lutter contre l’homosexualité

 Coup d’Etat au Cameroun