Attentats de Bruxelles : la France renforce sa sécurité

En réponse aux graves attentats de Bruxelles, la France a renforcé ses mesures de sécurité, notamment dans les aéroports et les gares, avec 1 600 gendarmes et policiers supplémentaires déployés sur le territoire

La France prend le taureau par les cornes. Alors que ce pays d’Europe avait déjà augmenté sa vigilance face à d’éventuelles attaques terroristes depuis les attentats de novembre 2015, la France a renforcé sa sécurité. Ce mardi 22 mars 2016, suite aux attentats qui ont frappé la Belgique, ses mesures de sécurité, notamment dans les aéroports et les gares, avec 1.600 gendarmes et policiers supplémentaires déployés sur le territoire, en réponse aux « graves attentats » de Bruxelles.

A l’issue d’une réunion à l’Elysée, le Premier ministre Manuel Valls a indiqué que « nous “sommes” en guerre. (…) Et face à cette guerre, il faut une mobilisation de tous les instants ». Le gouvernement a annoncé que les mesures de sécurité ont été rehaussées encore d’un cran en France. Au total, 1 600 policiers et gendarmes supplémentaires ont été déployés « en différents points du territoire, à la fois sur les contrôles aux frontières mais également dans les infrastructures de transport aérien, maritime et ferroviaire », a indiqué, pour sa part, le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. Soulignant que « la menace reste extrêmement élevée », il a appelé l’Europe à « renforcer encore la coordination et la lutte contre le terrorisme ».

« L’accès aux zones publiques des transports uniquement réservé aux personnes munies d’un billet et/ou d’un titre d’identité, messages de prévention diffusés, patrouilles de militaires réorientées sur les sites de transport dans le cadre de l’opération Sentinelle et mesures de contrôle et palpation systématisées », sont les mesures prises dans les transports en commun. Le dispositif policier et militaire a renforcé autour des institutions européennes à Strasbourg.

Déjà samedi, au lendemain de l’arrestation à Bruxelles de Salah Abdeslam, un acteur-clé des attentats du 13 novembre à Paris, le dispositif sécuritaire avait déjà été renforcé en France. Depuis les attentats de janvier 2015, le plan Vigipirate est à son niveau maximum en Ile-de-France et l’opération Sentinelle, qui mobilise quelques 10 000 militaires en permanence, vise à surveiller les sites sensibles comme les gares et les aéroports. Bernard Cazeneuve a annoncé que des forces complémentaires avaient été déployées pour, dit-il, optimiser les contrôles aux frontières.

Dans les aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et d’Orly, des blindés, des policiers supplémentaires et des CRS ont été déployés qui s’ajoutent aux militaires présents dans le cadre de Sentinelle. La sécurité a aussi été renforcée à l’aéroport de Toulouse, A Marseille aussi, en plus des patrouilles de la police aux frontières et des deux équipes militaires habituelles, une compagnie de CRS a été détachée à la protection de l’aéroport de Marseille Provence. Cela correspond à « 15 à 20 fonctionnaires supplémentaires » 24h sur 24. De même, une compagnie CRS a été affectée en renfort à la gare Saint-Charles.