Attentats de Bruxelles : Charlie Hebdo flingue Stromae

La nouvelle couverture du journal satirique « Charlie Hebdo » agite les réseaux sociaux en raison, selon l’historien BD Didier Pasamonik, qu’elle nuit surtout à l’image du chanteur belge Stromae.

Charlie Hebdo, disponible dans les kiosques depuis ce mercredi 30 mars 2016, agite les réseaux sociaux. Contacté par Le Figaro, l’historien BD Didier Pasamonik, né à Ostende, précise que cette couverture nuit surtout à l’image du chanteur. Stromae.

Abordant le sujet triste et émouvant des attentats de Bruxelles qui ont fait 31 morts et 300 blessés mardi 22 mars, le journal s’est amusé à parodier le tragique événement en représentant le chanteur belge Stromae entouré de membres déchiquetés de son père sur fond d’un drapeau aux couleurs de la Belgique.

C’est ainsi que la première parution du journal sur la Toile a provoqué une levée de bouclier, ce mardi 29 mars. Certains internautes sont allés jusqu’à qualifier la Une de Charlie Hebdo de vulgaire et indécente. D’autres, plus modérés, ont d’autres ont rappelé que ce dessin n’était qu’une simple caricature à lire dans la ligne éditoriale du journal satirique.

« Rien de nouveau sous le soleil » , indique Didier Pasamonik, éditeur, directeur de collection et historien de la BD, relevant l’aspect politique de la une sulfureuse de Riss. Pour ce spécialiste qu répond au Figaro, « ce dessin reste dans la tradition de ce journal satirique. Une couverture qui détonne, qui est à contre-courant, et par conséquent qui choque. Vraiment, ce genre de dessin venant de Riss, ne m’étonne pas. Il a lui-même été victime des attentats du 7 janvier 2015 » .

Et Didier Pasamonik de renchérir, soulignant que « plus rien ne l’effraie maintenant qu’il a connu la mort. Riss n’a jamais été tendre. Mais là, il faut bien reconnaître qu’il a radicalisé son humour. Sans doute doit-il se dire qu’il n’y a plus de demi-mesure possible (…). En tout cas, le premier affecté par cette une, ce sera sûrement Stromae, dont le père a disparu lors du génocide des Tutsis au Rwanda. »

Surtout que selon lui, « Stromae représente très bien la Belgique d’aujourd’hui: la Belgique multiculturelle, qui a une vraie audience internationale. Stromae a fait des concerts jusqu’à New York, au Rwanda et au Congo. De la même façon que Tintin figure en couverture de Marianne, Riss a choisi Stromae. Il y a quelques symboles de la Belgique qui ont été utilisés par les artistes ».