Attentat en Tunisie : le selfie de trop !

L’attitude d’un politique britannique, du parti travailliste, surpris en train de prendre un selfie sur le lieu de l’attentat à Marhaba Beach Hotel, près de Sousse, qui a fait 38 morts, a suscité une levée de boucliers sur les réseaux sociaux.

« Ecoeurant », « honteux », « sans vergogne », « indigne »… Tels sont les mots que l’on peut lire sur les réseaux sociaux suite au selfie d’un politique britannique, Amran Hussain, 29 ans, du parti travailliste sur les lieux de l’attentat à Marhaba Beach Hotel, près de Sousse qui a fait 38 morts, vendredi. Le responsable a été surpris par un journaliste en train de prendre cette photo, ce qui a immédiatement soulevé une vague d’indignations sur les réseaux sociaux, alors même que l’Angleterre compte encore ses morts. Les touristes anglais étaient les plus nombreux parmi les personnes tuées lors de cet attentat.

Sur cette fameuse image qui fait polémique, on voit Amran Hussain, qui a été le candidat travailliste malheureux aux Législatives britanniques de mai dernier dans le North East Hampshire, tenir à bout de bras son téléphone photo avec une perche à selfie. Entouré de ses amis, il prend la pose devant de nombreuses chaises longues vides, et un tas de fleurs déposées en hommage aux victimes de l’attentat. Il séjournait dans un hôtel voisin du Marhaba Beach Hotel.

Le jeune homme a tenté de riposter aux critiques, s’expliquant dans un long message sur sa page Facebook, insistant sur le fait qu’il était venu avec ses amis sur les lieux du drame pour se recueillir et déposer des fleurs en hommage aux victimes. « Nous avons pris quelques photos que nous avons publiées pour montrer au monde entier que nous nous préoccupons de ce pays, que nous l’aimons et que nous sommes réellement allés sur les lieux pour apporter notre solidarité et notre soutien aux Tunisiens dans la lutte contre les terroristes », assure-t-il. En signe de compassion, il promet de garder « pour toujours » le bracelet de l’hôtel « afin de garder en mémoire toutes ces vies innocentes qui ont péri vendredi», tout en présentant ses excuses à ceux qui auraient pu avoir été « offensés ».

Après l’attentat du musée de Bardo, à Tunis, la Tunisie est de nouveau frappée par une attaque meurtrière, qui met à mal le secteur du tourisme. Selon les estimations du ministère du Tourisme, l’impact économique du drame serait de 450 millions d’euros. La ministre du Tourisme estime que si le secteur du tourisme s’effondre c’est toute l’économie qui s’effondrera.