Attentat en France : Yassine Salhi suspect, Valls dénonce le « terrorisme islamiste »

L’auteur de l’attentat de l’Isère en France qui se nomme Yassine Salhi est connu des services de renseignements français. Il serait l’auteur de l’attentat commis, ce vendredi matin, contre une usine à gaz, Air Product, tuant une personnes et faisant plusieurs blessés.

On connait le nom de l’auteur de l’attentat de l’Isère en France, près de Lyon. Identifié et connu des services de renseignements français, il se nomme Yassine Salhi, d’origine marocaine. Agé de 35 ans, il serait l’auteur de l’attentat commis, ce vendredi 26 juin au matin, contre une l’usine Air Product, tuant une personne et faisant deux blessés légers. Le corps de la victime a été retrouvé décapité, la tête accrochée à un grillage.

Selon le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, le suspect avait fait l’objet d’une fiche S en 2006 pour une radicalisation qui n’a pas été renouvelée en 2008. Il n’avait aucun casier judiciaire. Le ministre précise que « c’est un individu qui résiderait dans la région lyonnaise à Saint-Priest. Nous sommes en train de procéder aux ultimes vérifications. Le ministre précise qu’il aurait été en lien avec la mouvance salafiste, mais n’était pas connu pour être en lien avec des acteurs terroristes ». Il n’avait pas de casier judiciaire.

Le terrorisme frappe de nouveau la France

Des recherches sont également en cours pour vérifier s’il n’était pas accompagné d’un complice. En effet, plusieurs sources indiquent qu’il pourrait y avoir un deuxième auteur présumé. Ce dernier pourrait faire partie des deux blessés recensés. De Bruxelles, où il participait à un sommet européen, François Hollande, qui devrait rentrer en France dans l’après midi, a dénoncé « une attaque terroriste ». Le Président français a également affirmé que « dans ces moments, il faut avoir une expression de solidarité à l’égard de la victime. Cette solidarité, elle m’a été également adressée au Conseil européen de ce matin », soulignant qu’il y « a une émotion, mais l’émotion ne peut pas être la seule réponse : c’est l’action, la prévention, la dissuasion ».

Le Premier ministre français Manuel Valls, actuellement en déplacement en Amérique du Sud, a déclaré, pour sa part, que « le terrorisme islamiste a frappé une nouvelle fois en France ». Il a par ailleurs annoncé écourter son déplacement en Colombie pour rentrer à Paris.

Six mois après l’attentat à Charlie Hebdo, la France est de nouveau confrontée au terrorisme. De quoi se poser des questions sur les raisons même de tels actes sur le sol français.