Attentat déjoué à Villejuif : des messages accablent Sid Ahmed Ghlam

Sid Ahmed Ghlam est toujours incarcéré pour l’assassinat d’Aurélie Châtelain ainsi que pour avoir tenté de commettre un attentat, en avril dernier, dans une église à Villejuif. Ce lundi, de nouveaux éléments accablent ce jeune d’origine algérienne.

Dix jours après avoir été entendu par le juge d’instruction anti-terroriste et avoir affirmé être manipulé, de nouveaux éléments retrouvés par les enquêteurs accablent Sid Ahmed Ghlam, accusé du meurtre d’Aurélie châtelain et de vouloir commettre un attentat à Villejuif. Plusieurs documents retrouvés par les enquêteurs, lors de perquisitions, mettent en doute ses propos tenus face au juge d’instruction.

Parmi ces éléments figure un e-mail envoyé par Sid Ahmed Ghlam à sa campagne, quelques jours avant la date fixée de l’attentat dans une église à Villejuif. Dans cet e-mail, il cite un proverbe arabe, « si une femme se marie avec un autre moudjahidine, c’est comme si elle mourait célibataire ». Cet e-mail apparaît sous le nom d’Abou Souleymane, qui selon les enquêteurs, est son nom de guerre.

D’autres éléments troublants mettent en doute l’innocence de Sid Ahmed Ghlam. En ce sens que quelques jours avant son arrestation, il aurait demandé à sa compagne de se comporter comme une musulmane dans la rue. Enfin, sur le téléphone portable de sa mère, les policiers ont découvert un message des plus explicites, « Sid Ahmed m’avait prévenu, il me disait qu’il ne resterait pas vivant », a-t-elle envoyé à sa propre mère.

Tous ces éléments ne laissent aucune place au doute. Sid Ahmed Ghlam est pour les enquêteurs un terroriste prêt à mourir en martyr. Le 24 juin dernier, Sid Ahmed Ghlam a affirmé s’être tiré une balle volontairement afin d’empêcher l’attaque. Une affirmation qui demeure désormais, au vu des derniers éléments de l’enquête, peu probable.