Attentat de Nouvelle-Zélande : les « envahisseurs », les « non-Blancs » de France, cet élément déclencheur

Pour avoir « décidé d’agir, et d’user de la force, le violence, combattre les envahisseurs moi-même », un homme a ouvert le feu dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, durant la prière, tuant au moins 49 personnes et causant 20 blessés dans un état grave.

Les propos du Premier ministre australien, Scott Morrison, sont évocateurs. Le chef du gouvernement, reconnaissant que le tireur était un ressortissant australien, l’a décrit comme un « violent terroriste extrémiste de droite (…). Les services de sécurité australiens se penchent sur les liens possibles entre l’Australie et cette attaque ». Que s’est-il passé pour qu’un homme ouvre le feu dans deux mosquées, en Nouvelle-Zélande, causant un véritable carnage ?

Dans un manifeste de 74 pages intitulé « le Grand remplacement », publié sur Twitter une heure avant la première attaque, le tueur raconte que deux événements remontant au printemps 2017 ont servi d’éléments déclencheurs de son passage à l’acte. Il évoque l’attentat au camion-bélier de Stockholm ayant coûté la vie à cinq personnes, dont une jeune fille de 11 ans. Il déplore ainsi « des attaques sur mon peuple, ma culture, ma foi et mon âme ».

Revenant sur un voyage qu’il avait effectué en France, il souligne que les « envahisseurs », les « non-Blancs », étaient partout. Il déplore en avoir « vu assez et, en rage, j’ai quitté la ville, refusant de rester une minute de plus dans cet endroit maudit », racontant ne pas avoir supporté de voir « un flot de ces envahisseurs passer les portes d’un centre commercial ».

Et c’est justement au cours de ce passage en France qu’il a « décidé de faire quelque chose, c’est là que j’ai décidé d’agir, et d’user de la force. Et de la violence. De combattre les envahisseurs moi-même ». Ce vendredi 15 mars 2019, il a donc ouvert le feu dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, durant la prière, tuant au moins 49 personnes et causant 20 blessés graves.

La police de Nouvelle-Zélande a indiqué avoir arrêté trois hommes et une femme après les attaques contre les deux mosquées de Christchurch, sans pour autant donner des informations sur leur identité.