Attaques en série à Paris : l’Afrique indignée

Au lendemain des attaques en série dans la capitale française, l’Afrique s’est réveillée dans l’effroi et la compassion pour la France qui connait l’une des pires tragédies terroristes de son histoire. Réaction des différents pays africains.

L’Afrique est sous le choc après la série d’attaques terroristes qui a touché Paris et le Stade de France, à Saint-Denis, ce vendredi soir. Lors du match amical opposant la France à l’Allemagne, plusieurs détonations ont été entendues. Au même moment à Paris, des fusillades ont éclaté dans le 10ème et 11ème arrondissement, dans un restaurant cambodgien ainsi qu’au Bataclan qui abritait un concert de rock.

Selon un bilan encore provisoire, les attentats ont fait 128 morts. L’Afrique qui a une histoire particulière avec la France s’est montrée indignée face à de tels actes de barbarie revendiqués par l’Etat Islamique.

Solidarité envers la France

Interrogé par RFI, le Premier ministre malien Modibo Keïta déclare : « Nous exprimons notre profonde solidarité au peuple et au gouvernement de France. Nous savons que ce peuple est en train de payer le prix de son attachement aux valeurs universelles de liberté, de démocratie et de solidarité. Il n’y a pas de sécurité zéro. Il n’y a pas une façon absolue d’éviter cela, mais il faut une grande détermination« . Même son de cloche pour le Président sénégalais Macky Sall . « Je suis profondément indigné par les graves attentats terroristes qui viennent d’endeuiller notre pays ami. C’est une terrible épreuve. Je voudrais, en ces moments de grande douleur que nous partageons, vous exprimer mes sentiments de profonde compassion et de solidarité.

Le Président Denis Sassou-N’Guesso, profondément affecté, a publié une déclaration ramassée sur son compte Twitter : « Horreur sans nom et crime odieux. Dans cette épreuve, les Congolais et moi même exprimons notre compassion et solidarité au peuple de France« . Le Président gabonais Ali Bongo a également déclaré sur son compte Twitter : « J’exprime toute ma solidarité au peuple français touché une nouvelle fois par des attaques terroristes abjectes ». Même indignation à Rabat. Dans un communiqué adressé au peuple et au gouvernement français, le roi Mohammed VI a condamné « avec la plus grande fermeté ces attentats effroyables ».

Lutte acharnée contre les terroristes

Le ministre tchadien des Affaires étrangères Mahamat Béchir a déclaré à RFI: « Les terroristes, c’est des diables qu’il faut chasser, qu’il faut retrouver, qu’il faut anéantir partout où il y en a. Ce qui s’est passé aujourd’hui à Paris, nous le regrettons amèrement et nous disons une fois de plus que les terroristes sont là. Que la communauté internationale se mobilise pour lutter contre ces terroristes sauvages». Le Sénégal condamne très fermement ces actes barbares qui s’attaquent, au-delà de la France et du peuple français, à notre humanité commune.

Au-delà de l’Afrique, le secrétaire général de l’ONU, Ban-Ki-moon dénonce quant à lui des « attaques terroristes méprisables ». Le Président Barack Obama, qui a été l’un des premiers à s’exprimer, a dit en français, «liberté, égalité, fraternité» avant de déclarer la solidarité totale du peuple américain avec le peuple français dans ce combat.

En France, le Président François Hollande a décrété dans la nuit du 13 au 14 novembre l’état d’urgence et mis en place le plan rouge alpha au niveau national. Huit terroristes ont été tués lors de ces attaques, leur identification est en cours.

Selon les derniers éléments, un passeport syrien a été retrouvé dans les affaires d’un des assaillants ainsi qu’un passeport égyptien aux abords du stade de France. Un homme de nationalité française natif de Courcouronnes, en banlieue parisienne, serait à l’origine de cette nuit tragique jamais connue en France depuis plusieurs années. La vigilance est de mise moins d’un an après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher commis par les frères Kouachi, et Amedy Coulibaly. La revendication par Daech tranforme la motivation de ces attentats, dont les auteurs ont à plusieurs reprises dénoncé l’engagement de la France au Moyen-Orient contre ce prétendu « Etat » qui s’autoproclame « islamique »…