Attaque déjouée à Paris : Sid Ahmed Ghlam complice ou victime de l’Etat islamique ?

Sid Ahmed Ghlam, suspecté d’avoir voulu commettre une attaque dans une église de Villejuif pour le compte de l’Etat islamique, a affirmé s’être tiré une balle volontairement pour empêcher l’attaque. Se pose dès lors la question de savoir s’il est complice ou victime de l’Etat islamique

L’étudiant de 24 ans a affirmé avoir voulu empêcher l’attaque de Villejuif, en avril dernier, qui a finalement été déjoué, selon RTL qui affirme, ce mercredi 24 juin 2015, avoir eu accès au compte-rendu du premier interrogatoire de Sid Ahmed Ghlam, devant un juge d’instruction antiterroriste parisien.

Le jeune homme, soupçonné d’avoir tué une jeune femme et vouloir projeter un attentat dans une église au mois d’avril, avait, dans un premier temps, affirmé qu’il avait tout fait pour éviter cette action criminelle. Ses avocats avaient expliqué, le 20 juin, que l’étudiant contestait toute responsabilité dans le meurtre d’Aurélie Châtelain, retrouvée morte dans son véhicule, tuée par balle avec un des revolvers du suspect.

Sid Ahmed Ghlam avait été arrêté fortuitement, le 19 avril dernier, après s’être blessé dans des circonstances mystérieuses et avoir lui-même alerté les secours.

Selon RTL, le jeune homme reconnaît aujourd’hui qu’un attentat était bien prévu et qu’il devait tirer, avec l’aide d’un complice, sur des fidèles dans une église pendant la messe.

Selon le jeune étudiant, tout aurait basculé lorsque son complice veut voler la voiture d’Aurélie Châtelain. Un coup de feu aurait été tiré accidentellement par son complice, et a tué la jeune femme. Sid Ahmed Ghlam paniqué par la mort de la jeune femme, aurait alors décidé de se tirer une balle pour faire fuir son complice et alerter les secours. « L’objectif : fuir et se faire arrêter par la police plutôt que de s’exposer aux violentes représailles des commanditaires de l’Etat islamique », toujours selon RTL.

La question qui taraude les esprits best de savoir si Sid Ahmed Ghlam est un complice ou une victime de l’Etat islamique. L’enquête suit son court et la suite pourrait bien réserver des surprises.