Attaque de Nairobi : le bilan devrait être plus lourd que les 68 morts

Alors que le bilan de l’attaque du centre commercial de Nairobi est pour le moment de 68 morts, il pourrait être beaucoup plus lourd, selon la police. Des corps sans vie sont toujours à l’intérieur de l’enceinte, où sont retranchés les insurgés islamistes shebabs, qui ont revendiqué l’attentat, surtoutqu’ils détiennent plusieurs otages.

Nairobi, plongée dans la tourmente, est loin d’être au bout de ses peines. Près de 68 personnes ont péri et 200 blessées dans l’attaque perpétrée samedi par les islamistes somaliens shebabs, au luxueux centre commercial Westgate, de la capitale kényane. Le dernier bilan en effet donné par les autorités étaient de 59 morts, avant que la Croix-rouge n’annonce ce soir qu’il est passé à 68. Selon la Croix-Rouge, « neuf corps » supplémentaires ont été retrouvés lors d’un assaut lancé en début de soirée par les forces kényanes.

Mais le bilan pourrait sans doute être beaucoup plus lourd, a indiqué une source policière, juste après l’assaut des forces de sécurité qui tentent de déloger les insurgés armés jusqu’aux dents. Des corps sans vie sont toujours allongés à l’intérieur du centre commercial détenu par des intérêts israéliens, selon cette source policière. « Des policiers qui viennent de pénétrer dans le bâtiment, ont vu de nombreux corps étendus à divers endroits. Il y a davantage de morts à l’intérieur. Le bilan pourrait être beaucoup, beaucoup plus élevé », a-t-elle ajouté.

Les forces israéliennes en renfort

Les shebabs qui sont au nombre d’une dizaine n’ont pas attaqué Westgate au hasard. Ce centre commercial, le plus grand et le plus luxueux du pays, est généralement fréquenté par des expatriés ou riches Kényans. Leur but bien évidemment était de tuer le plus de « mécréants », c’est-à-dire de non musulmans, selon leur expression. Les insurgés somaliens, qui sont durement combattus par l’armée kényane en Somalie, ont mené cette sanglante fusillade pour se venger, affirmant avoir prévenu à plusieurs reprises les autorités qu’ils frapperaient le pays.

Des forces spéciales israéliennes ainsi que des éléments de l’armée kényane sont venus en renfort pour prêter main forte aux forces de sécurité qui peinent à déloger les commandos islamistes, en raison des otages qu’ils détiennent. Ces derniers seraient au nombre de sept selon les autorités.