Assassinat de Martinez Zogo : chasse à l’homme autour de Jean-Pierre Amougou Belinga


Lecture 2 min.
Jean-Pierre Amougou Belinga
Jean-Pierre Amougou Belinga

Depuis l’assassinat de Martinez Zogo, le nom de Jean-Pierre Amougou Belinga est sur toutes les lèvres. L’homme d’affaires accusé par le journaliste défunt de vols de deniers publics, passe en effet pour le principal suspect dans cet assassinat odieux. Les forces de l’ordre l’ont mis aux arrêts à l’aube, ce lundi. De même que d’autres personnes dans son entourage.

Il était le suspect numéro 1 dans l’assassinat crapuleux du journaliste Martinez Zogo. Jean-Pierre Amougou Belinga a été arrêté ce lundi, aux environs de 5h30, à son domicile. Les agents venus l’arrêter ont également perquisitionné sa maison. Le patron du groupe de presse l’Anecdote a été conduit au Secrétariat d’État à la défense. Il sera écouté dans le cadre de l’enquête mixte police/gendarmerie au sujet de la mort de Martinez Zogo.

D’autres arrestations dans l’entourage de Jean-Pierre Amougou Belinga

Au même moment, le journaliste Bruno Bidjang, proche de Jean-Pierre Amougou Belinga, a été mis aux arrêts. Il a récemment été promu directeur général du groupe de presse l’Anecdote. Sa proximité avec le magnat de la presse était devenue tellement évidente, ces derniers jours. On le voit à ses côtés dans presque toutes ses apparitions publiques. Mieux, la véhémence avec laquelle Bruno Bidjang défend son patron, depuis le début de l’affaire Martinez Zogo, n’a échappé à personne au Cameroun. Il sera donc également écouté dans le cadre de l’enquête en cours.

On apprend aussi du site Camerounweb l’arrestation de l’ancien commandant de la Garde présidentielle de Paul Biya, le colonel Etoundi Nsoe. Il ne serait autre chose que le beau-père de Jean-Pierre Amougou Bélinga. Les forces de sécurité seraient activement à la recherche du chauffeur de l’homme d’affaires, actuellement en cavale. Il y a quelques jours, des arrestations avaient déjà eu lieu, notamment dans le rang des éléments de la Direction générale de la recherche extérieure (DGRE) soupçonnée d’avoir accompli la sale besogne.

Pour rappel, kidnappé le 17 janvier 2023 alors qu’il se rendait à son domicile, le journaliste Martinez Zogo sera retrouvé mort, le 22 janvier. Son corps mutilé a été abandonné dans une clairière, dans un état de décomposition avancé. Des réactions d’indignation ont fusé de toutes parts pour condamner vertement ce crime horrible. Dans la foulée, les autorités camerounaises ouvrent une enquête pour faire la lumière sur cet assassinat qui continue d’émouvoir au Cameroun et ailleurs.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter