Assassinat de Cheikh Ahmad Yassine

Le fondateur et chef spirituel du Hamas, Cheikh Ahmad Yassine, a été tué lundi à l’aube, à Gaza, à la suite d’un raid aérien israélien. L’attaque a été lancée vers cinq heures du matin à la sortie de la mosquée du quartier de Sabra où il était allé prier. Réactions de la presse du Maghreb.

Par Stella Dikutala

Le fondateur du Hamas assassiné. La disparition de Cheikh Yassine, chef spirituel du mouvement islamique palestinien, tué lundi à Gaza par l’armée israélienne à la sortie d’une mosquée, bouleverse la communauté internationale et en particulier le Maghreb. Le 14 décembre 1987, au début de la première Intifada, il avait créé le Hamas. Arrêté en mai 1989 par Israël, il est condamné à la prison à vie en octobre 1991. Il sera libéré sur une intervention du roi Hussein de Jordanie en 1997, après huit ans et demi de détention. Sa mort sonne pour beaucoup comme un véritable coup de tonnerre. Panorama de la presse maghrébine.

« Israël assassine le dirigeant du Hamas, un crime ignoble », titre le quotidien tunisien La Presse tandis que le journal algérien L’expression s’appuie plus sur l’importance emblématique du personnage : « Le Hamas orphelin de son père spirituel ». Le quotidien marocain Le Matin rapporte pour sa part les propos solidaires que le roi Mohamed VI a adressés par courrier à Yasser Arafat, qu’il considère comme son frère. « C’est avec une grande tristesse et une profonde indignation que nous avons appris la nouvelle de l’odieux attentat qui a coûté la vie à Cheikh Ahmed Yassine et à un groupe de Palestiniens, que le Très-Haut les entoure tous de Sa Sainte Miséricorde. »

11 septembre palestinien

D’autres journaux évoquent le tournant historique qu’a provoqué cet événement, en estimant que la Palestine a subi à son tour une sorte de 11 septembre 2001. « Si les Etats-Unis ont leur 11 septembre, on ne tardera pas sans doute à savoir que pour la société palestinienne soumise à des violences continues depuis plus d’un demi-siècle émaillé de dates marquant des massacres, le 22 mars 2004 constitue un tournant majeur », explique Le Quotidien d’Oran.

Certains journaux ne font que relater la réalité des choses. A l’image du quotidien algérien El Watan, qui titre « Le monde désavoue Sharon ». Un titre qui sort des propos de l’article, qui ne fait que relater avec une certaine objectivité les faits. A l’inverse du Quotidien d’Oran qui se projette dans l’avenir en titrant : « Un assassinat aux conséquences incalculables ». EL Moudjahid (Algérie) se fait l’écho d’un communiqué de l’Association marocaine de soutien de la lutte du peuple palestinien déclarant que : « l’assassinat de Cheikh Yassine devra être le prélude à une Intifada décisive des peuples arabo-musulmans ».

La presse maghrébine montre aussi les changements de la politique du Hamas, pour qui la cible n’est plus uniquement Israël. « Le Hamas a affirmé que tous les groupes islamistes du monde s’allieraient pour riposter à l’assassinat de son chef, mettant en cause les Etats-Unis et laissant entendre qu’ils pourraient être une cible. Cette menace contre les Etats-Unis serait un changement de stratégie de la part du mouvement, qui a toujours affirmé en vouloir à Israël uniquement, et pas aux Etats-Unis », conclut le journal algérien Le Jeune indépendant.