Assassinat au Mali de Claude Verlon et Ghislaine Dupont : où en est l’enquête ?

Le 2 novembre 2013, deux envoyés spéciaux de « RFI », Ghislaine Dupont et Claude Verlon, perdaient la vie à Kidal. Un an plus tard, l’enquête menée en France progresse lentement. Par ailleurs, ce dimanche a été décrété par les Nations-Unies comme étant une journée spéciale en mémoire de Ghislaine Dupont et Claude Verlon.

L’enquête sur l’assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon survenu le 2 novembre 2013 à Kidal piétine. Des zones d’ombres restent à éclaircir. Néanmoins le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a tenu à préciser, le 30 octobre à l’Assemblée nationale, que l’enquête rentrait dans une phase capitale, et que leur assassinat ne restera pas impuni.

Une enquête qui piétine

A ce stade de l’enquête qui a débuté au printemps dernier, il a été établi que le commando qui a enlevé les deux reporters comptait quatre membres, mais seul le nom de Baye Ag Bakabo est mentionné. Il fait aujourd’hui figure d’unique suspect, car c’est sa voiture qui a été utilisée lors de l’enlèvement. A ce jour, il demeure introuvable malgré le mandat d’arrêt émis à son encontre.

Cérémonie d’hommage au Mali

De son côté, le Mali a tenu à rendre hommage à ces deux journalistes morts sur son sol en plein exercice de leurs fonctions. En effet, jeudi dernier, des personnalités politiques tel que l’ambassadeur du Maroc au Mali ou encore Tiébilé Dramé, président du parti Parena, des acteurs du monde associatif comme Fatoumata Sidia Kété de l’association malienne de défense et des droits de l’Homme, ont répondu présent afin de saluer la mémoire de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon. Une cérémonie qui a été ponctuée par des moments d’émotion, mais également de colère et d’interrogations.

Trois jours plus tard, les Nations-Unies ont décrété une journée spéciale d’hommage à ces deux journalistes. Le 2 novembre sera désormais la journée internationale de lutte contre l’impunité des crimes contre les journalistes. Par ailleurs, RFI a lancé une bourse qui porte leur nom, destinée aux jeunes journalistes et techniciens en Afrique.