Artatoom souffle sa première bougie

Artatoom est le premier portail dédié à l’art africain contemporain. Né en 2001, il poursuit son but : faire connaître internationalement les artistes africains et leur proposer des services défiant toute concurrence.

Faire le point sur l’art africain contemporain. Sur le premier portail qui lui est dédié, Artatoom, vous pourrez vous mettre rapidement à la page. Pour découvrir les derniers talents, des  » Focus  » réactualisés et la rubrique  » Artiste du mois  » permettent de se faire une idée des tendances en matière de peinture ou sculpture. Cette semaine, c’est le travail de l’Ivoirien Ernest Dükü qui est mis en lumière. Cet architecte de formation, installé en France depuis 1982, revisite les icônes de l’Egypte pharaonique.

Artatoom, qui vient de fêter sa première année d’existence, propose un agenda, un annuaire des galeries d’art parisiennes spécialisées sur l’Afrique et une lettre d’information bimensuelle. A la Une en ce moment : des nouvelles de la Biennale de Dakar, Dak’art 2002, qui se tient du 10 mai au 10 juin dans la capitale sénégalaise. Le portail cherche également à dépasser le monde de l’art contemporain en offrant critiques de livres et jeux africains.

Services aux artistes et galeristes

Mais l’intérêt principal du site réside dans les services qu’il propose aux artistes et galeristes. En effet, Artatoom propose de créer une galerie virtuelle pour les artistes qui pourront ainsi vendre leurs oeuvres à l’échelle internationale sans reverser de commissions. Les galeristes quant à eux peuvent devenir Partenaires revendeurs. C’est-à-dire, sans débourser un euro, diffuser l’offre de services d’Artatoom auprès des artistes de leur pays et toucher en contrepartie une commission qui peut atteindre 20% lors de la vente de chaque contrat.

Une belle initiative pour faire connaître, aimer et diffuser l’art africain contemporain. Une aubaine pour les artistes du continent noir qui ont bien besoin d’une visibilité et de débouchés internationaux.

Visiter le site.