AR Wear, les sous-vêtements anti-viol !

Mesdames, vous habitez un quartier risqué ou vous aimez sortir tard le soir, mais vous craignez les agressions sexuelles ? Ne paniquez plus, il existe désormais des sous-vêtements anti-viol. Un moyen de se protéger dont Afrik.com vous explique le fonctionnement.

Son nom est Wear… AR Wear ! Cette nouvelle marque américaine de vêtements est également spécialisée dans les sous-vêtements, et pas n’importe lesquels. Des sous-vêtements anti-viol ! Un genre de James Bond version culotte.

« Nous voulons fournir un produit qui permettra aux femmes et aux filles de se sentir plus en sécurité lors d’un premier rendez-vous, d’une sortie en boîte de nuit ou encore d’un jogging en soirée », explique les créateurs de ces sous-vêtements particuliers. Seule l’utilisatrice du sous-vêtement anti-viol peut le retirer. En cas d’agressions, l’individu éprouvera énormément de difficultés à déchirer ou retirer de force le sous-vêtement de sa victime. Même endormie, alcoolisée ou sous l’emprise de drogues dite du violeur (ou pas), une femme qui porte un AR Wear est potentiellement immunisée.

« Permettre aux femmes de ne pas se laisser faire »

Ce sous-vêtement est renforcé par une sorte de squelette spécial constitué d’élastiques résistants. Ces derniers renforcent certaines parties de l’anatomie féminine, rapporte Dailygeekshow.com, tout particulièrement les cuisses et la taille. « La personne qui porte ce sous-vêtement peut ajuster les élastiques des cuisses pour se sentir suffisamment à l’aise avant de les verrouiller. Le même principe est appliqué pour l’élastique autour de la taille, qui est lui renforcé par un système de verrouillage plus élaboré » et dont seules les utilisatrices peuvent en contrôler l’ouverture, complète les créateurs de la marque.

Ar Wear a lancé depuis plusieurs jours une campagne de financement sur Internet, qui mine de rien, a porté ses fruits. « Nous pensons que cela donnera des capacités supplémentaires aux femmes pour contrôler ce qui leur arrive et ne pas se laisser faire », explique les responsables d’AR Wear.

Les sous-vêtements AR Wear ne sont évidemment pas la solution contre les agressions sexuelles, comme partout le risque 0 n’existe pas. Mais ils peuvent contribuer à éviter certains dérapages et laisser suffisamment de temps aux victimes de crier à l’aide. Alors mesdames, seriez-vous prêtes à les essayer ?

Cliquez pour visionner une démonstration : http://vimeo.com/74514464#