Après Tebboune, Lamamra menace le Maroc

Ramtane Lamamra
Ramtane Lamamra

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, réitérant les accusations portées contre le Maroc, en lien avec la mort de trois ressortissants algériens «abattus» par l’armée royale, a proféré de graves menaces à l’encontre du royaume chérifien.

Ramtane Lamamra, ministre algérien des Affaires étrangères, a emboîté le pas au chef de l’Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune, au sujet de l’attaque attribuée aux forces armées royales, ayant coûté la vie à trois routiers algériens. Le diplomate, qui n’a pas caché sa colère, estime qu’il s’agit d’un acte d’une «extrême gravité».

Le chef de la diplomatie algérienne indique que ces faits relèvent d’un «terrorisme d’État», dans un message adressé au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, au président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat, au Secrétaire général de la Ligue des États arabes, Ahmed Aboul Gheit, et au secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique, Youssef Ben Ahmed Al-Othaimeen.

Selon le patron de la diplomatie algérienne, aucune circonstance ne saurait justifier l’acte du Maroc qui «menace la sécurité et la stabilité dans toute la région». Lamamara a insisté sur «la volonté et la capacité de l’Algérie d’assumer ses responsabilités en matière de protection de ses ressortissants et de leurs biens en toutes circonstances». Ramtane Lamamra va plus loin, emboîtant le pas au chef de l’Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune, assurant par ailleurs que «l’assassinat des trois ressortissants algériens ne restera pas impuni».

Rappelons que la présidence algérienne avait indiqué, le 3 novembre, que «trois ressortissants algériens ont été lâchement assassinés par un bombardement barbare de leurs camions alors qu’ils faisaient la liaison Nouakchott-Ouargla». Dans ce même communiqué, le Président Abdelmadjid Tebboune, qui condamnait ce «lâche assassinat», avait déjà mis en garde que cet acte «ne restera pas impuni».

Consciente de la tension qui existe entre les deux voisins en Afrique du Nord, que sont le Maroc et l’Algérie, l’ONU a, pour sa part, appelé au calme et invite les parties au dialogue afin d’apaiser le climat. Mieux Antonio Guterres a instruit à son nouvel Envoyé spécial au Sahara, Staffan de Mitsura, d’œuvrer à ramener la paix entre les deux pays.