Après l’embrasement, la Libye paralysée !

La Libye est au bord de l’implosion avec des affrontements meurtriers entre miliciens qui ont plus de 40 morts. C’est dans ce contexte que les autorités locales de Tripoli ont appelé à une grève générale de trois jours.

Les autorités de Tripoli ont appelé les populations locales à observer une grève générale de trois jours. Cet appel intervient au lendemain d’affrontements meurtriers entre miliciens qui ont fait plus de 40 morts.

Les habitants de Tripoli ne peuvent pas tolérer la présence des milices armées, qui avaient participé aux combats dans la localité jusqu’à la chute du régime de l’ex-Président Mouammar Kadhafi, en août 2011. Après la chute du dirigeant libyen, des milices armées étaient restées dans la capitale. D’après des informations relayées par l’AFP, ces groupes d’ex-rebelles sont accusés de s’adonner à toutes sortes de trafics et de pratiquer tortures, enlèvements et détentions arbitraires au secret. Des exactins qui ont conduit à des heurts violents à Tripoli, vendredi et samedi.

Même si le Premier ministre, Ali Zeidan, a appelé à l’arrêt des combats, « une grève générale de trois jours a été décidée dans tous les secteurs publics et privés (…) à partir de dimanche », a annoncé le Conseil local de Tripoli, dans un communiqué publié tard dans la soirée de samedi.

Selon les autorité locales, cette grève générale se déroulera en signe de deuil et de solidarité avec les familles des victimes de vendredi.