Appel à un Plan Marshall pour l’Afrique

Le président nigérian Umaru Yar’Adua a lancé dimanche à Eltville, en Allemagne, un appel un à « Plan Marshall » pour l’Afrique conforme au Programme européen de relance employé par les Etats-Unis pour reconstruire les pays d’Europe dévastés par la Seconde Guerre mondiale.

En parlant des défis de la Mondialisation pour l’Afrique lors du Forum sur un partenariat avec l’Afrique, le président Yar’Adua a estimé qu’il fallait à l’Afrique un plan aussi audacieux pour sa régénération après des décennies de destruction engendrées par une division forcée et plusieurs années de faillite auto-infligée ».

En lançant cet appel pour un soutien international plus important aux efforts de l’Afrique pour rattraper son retard par rapport aux nations développées, le président Yar’Adua a cependant insisté sur le fait qu’en fin de compte, le développement de l’Afrique devait être fait par les Africains eux-mêmes.

Il a indiqué que l’ensemble du concept de l’aide à l’Afrique par les pays développés devait être « repensé », parce qu’il devenait clair que cette aide, telle qu’elle était apportée en ce moment, était « généralement trop faible, la plupart du temps mal orientée et ne faisait généralement pas de différence ».

« Ce Forum est une véritable plate-forme pour jeter les bases d’une autre Conférence de Berlin, cette fois pour formuler les détails d’un plan de reconstruction des infrastructures de l’Afrique et, surtout, lancer une initiative permettant aux nations d’Afrique sub-saharienne d’exporter tout hors taxes sauf des armes des pays de l’OCDE », a dit le président nigérian.

« Je dois insister sur le fait, qu’en fin de compte, le développement de l’Afrique doit être pris en charge par les Africains eux-mêmes et non pas de l’extérieur du continent par des partenaires qui vont relever les défis du développement à notre place. Nous devons nous engager à renforcer les institutions et structures de gouvernance », a-t-il ajouté.

« La corruption généralisée, qui a entraîné la dénaturation de nos valeurs premières et le détournement de nos maigres ressources de leurs objectifs de développement vers des intérêts privés, doit êre combattu de front », a déclaré le président Yar’Adua devant le président de l’Allemagne Horst Kohler et plusieurs chefs d’Etat africains. Il a ajouté que « l’Afrique doit installer à sa tête des dirigeants déterminés, engagés, prêts à servir et craignant Dieu pour permettre la renaissance du continent ».

Le président nigérian a indiqué que son administration poursuivait sa quête d’un Nigeria stimulé, stable et prospère par son attachement aux principes fondamentaux de la démocratie, de la bonne gouvernance, de la libre entreprise et du respect de l’état de Droit.

« Ces principes souligne notre pacte avec le peuple du Nigeria, contenu dans un Agenda en sept points – à savoir notre réponse à court et moyen termes aux défis à relever pour répondre aux aspirations du Nigeria d’appartenir au club des vingt principales économies du monde d’ici à 2020 ».

« Nous reconnaissons que l’impératif de regénérer rapidement notre économie ne peut être stimulé que par des réformes politiques et économiques à l’échelle du continent, ce qui nous pousse à souhaiter un renforcement de l’intégration et un élargissement de la coopération régionale sur le continent, afin de créer et de soutenir les conditions macro-économiques et financières requises pour faire du Nigeria une économie régionale compétitive au plan mondial », a souligné le président Yar’Adua.

Le président a ajouté que malgré les antécédents historiques et les réalités actuelles de l’Afrique, il était confiant dans le fait que le continent pourrait relever les défis apparemment insurmontables de la Mondialisation, avec le soutien et la compréhension de ses amis et partenaires au développement.