Appel à faire des réserves de nourriture : la Chine se prépare au pire, pourquoi ?

Commerce chinois (02 nov 21)
Commerce chinois

Le gouvernement chinois se prépare au pire, avec un appel lancé aux populations, ce lundi 1er novembre, afin qu’elles fassent des réserves de nourriture.

Pourquoi la Chine a-t-elle appelé ses populations à faire des réserves de denrées alimentaires ? La question taraude tous les esprits avec notamment la conjoncture actuelle faite de multiples menaces. Outre la maladie à Coronavirus qui peut ressurgir à tout moment, l’idée d’une éventuelle guerre avec Taiwan a aussi été soulevée. Sans compter ceux qui penchent plutôt pour une éventuelle pénurie.

Ce lundi 1er novembre, sans donner aucune précision sur ses motivations, le ministère chinois du Commerce a demandé aux autorités locales de faciliter la production et l’approvisionnement en denrées de première nécessité, insistant sur le besoin de surveiller les réserves de viandes, de légumes en plus d’assurer une stabilité des prix.

Le département chinois du Commerce a appelé «les ménages à stocker une certaine quantité de produits de première nécessité afin de faire face aux besoins quotidiens et aux cas d’urgence». Toutefois, aucun motif n’a été avancé par les autorités chinoises pour justifier ces mesures, ouvrant la voie à de nombreuses spéculations.

En effet, si d’aucuns rattachent cette mesure à une éventuelle résurgence de la maladie à Coronavirus, sachant que la Chine avait été confrontée à des difficultés d’approvisionnement, au plus haut de la pandémie mondiale, d’autres voient plutôt cet appel directement lié à la tension existante avec Taïwan.

L’on sait toutefois qu’à l’approche du nouvel An lunaire, qui intervient en début février, le gouvernement central lance généralement des alertes allant dans le sens d’augmenter les stocks de légumes frais et de viande. D’autant qu’il s’agit de la célébration la plus importante de la République populaire de Chine.

Cela peut-il pour autant justifier un appel susceptible de déclencher un affolement national et même international ? En tous les cas, la presse chinoise proche du régime a tenté de rassurer que l’objectif du ministère est de s’assurer que les citoyens ne soient pas pris au dépourvu. Face à quelle situation ? Là est la question.