Angola : le rapatriement des capitaux prendra beaucoup de temps

João Lourenço

Le président angolais João Lourenço a assuré qu’il entretenait des « relations normales » avec son prédécesseur, José Eduardo dos Santos, et qu’il n’est pas « seul dans la lutte contre la corruption« . Pour autant a-t-il avoué, le programme de rapatriement des capitaux angolais placés à l’étranger « a une date de début mais pas de date de fin « .

Le nouveau président de l’Angola, João Lourenço qui a été élu il y a presque un an maintenant, a tenu ces propos lors d’une conférence de presse qui s’est tenue la semaine dernière dans les jardins du Palácio da Cidade Alta, à Luanda.

La réunion a débuté par une question de la télévision publique angolaise (TPA) sur l’état du programme de rapatriement du gouvernement, dont la phase volontaire se terminait le 25 décembre, avant une phase plus coercitive.

« Il est encore tôt pour savoir s’il s’agit d’un échec ou d’un succès. Nous avons eu six mois pour le rapatriement librement consenti » a déclaré João Lourenço, et les contrevenants sont désormais exposé à un risque sérieux, non seulement de perdre des ressources, mais également de comparaître devant les tribunaux.

Selon le chef de l’Etat angolais, « Nous sommes convaincus que le temps est en notre faveur. Le programme a une date de début, mais il n’a pas de date de fin« , a-t-il déclaré, estimant que son exécution « pourrait prendre 10 ou 20 ans ».

Une partie de cet argent étant placé au Portugal, João Lourenço a précisé que lors de ses dernières réunions avec le président Marcelo Rebelo de Sousa et avec le Premier ministre António Costa, il avait reçu le soutien de Lisbonne aux objectifs de Luanda. « Le Portugal fournira toute la coopération possible à l’Angola pour récupérer ce qui lui appartient »