Ange Patassé condamné à 20 ans de travaux forcés

L’ancien président centrafricain, Ange Félix Patassé, a été condamné mardi par contumace, ainsi que trois de ses collaborateurs à 20 ans de travaux forcés. Il est accusé d’avoir détourné 70 milliards de FCFA de deniers publics.

La Cour criminelle de Bangui a condamné
mardi par contumace, l’ancien président Ange Félix Patassé et trois
de ses anciens collaborateurs à 20 ans de travaux forcés pour
détournement de deniers publics estimés à 70 milliards de FCFA et
pour usage de faux.

Il doit également payer six millions de FCFA d’amende et verser
solidairement avec son ancien associé français, Louis Sanchez, cinq
milliards de FCFA de dommages et intérêts à l’Etat centrafricain pour
les préjudices relatifs à la constitution de sociétés fictives.

La Cour a aussi condamné l’ancien ministre délégué aux Finances,
Lazare Dokoula, à 20 ans de travaux forcés pour avoir détourné 15
millions de FCFA du Trésor public qu’il devra rembourser
intégralement et verser 2,5 millions de FCFA de dommages et intérêts
à l’Etat centrafricain pour les préjudices subis.

M. Patassé, Louis Sanchez et un ancien conseiller à la présidence de
la République, Michel Bangué Tandet, sont, par ailleurs, accusés
d’avoir détourné 60.000 tonnes de carburant offertes par la Libye et
trois milliards de FCFA provenant d’un prêt libyen.

La justice centrafricaine reproche en outre à l’ancien président et à
M. Sanchez d’avoir fabriqué de faux documents pour la création de
sociétés fictives qui n’ont jamais payé d’impôts à l’Etat.

Le procès du président Patassé et de ses trois complices a été ouvert
le 7 août, rappelle-t-on.