Alpha Condé, Président de la Guinée

Les résultats provisoires des élections présidentielles en Guinée, proclamés ce lundi, font d’Alpha Condé le futur Président de la Guinée. Son adversaire, Cellou Dalein Diallo, consteste ces chiffres et multiplie les appels au calme à destination de ses militants.

L’opposant historique Alpha Condé a remporté la présidentielle guinéenne dont le second tour s’est déroulé le 7 novembre dernier, selon les résultats provisoires publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Son président, le général Siaka Sangaré, a annoncé que le leader Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) avait récolté 52,52% des suffrages contre 47,48 % pour Cellou Dalein Diallo, le chef de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG). « Aujourd’hui, s’ouvre pour notre pays, une ère nouvelle, l’ère du changement à laquelle des millions de Guinéennes et de Guinéens ont rêvé des années durant », a déclaré le nouveau Président dans sa première déclaration officielle après la proclamation des résultats. Il a également tendu la main à son adversaire. « A mon jeune frère El Hadj Cellou Dalein Diallo, j’adresse mes sincères félicitations, je lui tends une main fraternelle pour l’édification d’une Guinée unie et prospère. »

L’abitrage de la Cour suprême

Dans l’attente de l‘annonce officielle, les deux candidats ont tour à tour revendiqué la victoire. Crédité de 18% au premier tour, l’opposant historique Alpha Condé a été le premier à le faire savoir. Des déclarations qui ont mis le feu aux poudres et provoqué la colère des militants de Cellou Dalein Diallo en dépit des messages d’apaisement lancés par le candidat. Selon ce dernier, ces violences auraient fait deux morts rapporte l’AFP. Les quartiers acquis à l’UFDG, théâtre de violences plus tôt dans la journée, ont été quadrillés par les forces de l’ordre. « Je lance un appel pressant à toux ceux et celles qui ont voté pour moi pour leur demander de faire preuve de retenue de calme, éviter les provocations et les violences de toute nature » a déclaré Cellou Dallein Diallo au micro de RFI. La Cour suprême doit encore valider les résultats communiqués par la Ceni. L’UFDG a déjà introduit plusieurs recours. Les Nations unies ont exorté les Guinéens à accepter le résultats des urnes.