Allemagne : le crime xénophobe d’une Egyptienne passé sous silence

L’Allemagne sort de son mutisme. Une semaine après le meurtre d’une Egyptienne, Marwa El-Sherbini, dans un tribunal allemand, Angela Merkel devrait adresser ses condoléances au leader égyptien, Hosni Moubarak, à l’occasion du sommet du G8 qui se déroule actuellement en Italie. Ce crime qualifié de raciste a déclenché de vives protestions dans son pays natal. Les Egyptiens reprochent notamment à l’Allemagne son absence de réactions sur cette affaire.

Marwa El-Sherbini est devenue le symbole de l’islamophobie en Allemagne. A 32 ans, cette Egyptienne, rebaptisée « la martyr du voile », enceinte de son deuxième enfant, a été poignardée à 18 reprises, la semaine dernière, dans une salle de tribunal à Dresde. L’assassin, Alex W., un immigré russe reconnu comme étant « un xénophobe fanatique », était déjà passé devant le juge en 2008 pour avoir traité la jeune femme de « terroriste, islamiste et de salope » parce qu’elle portait le voile islamique. Il avait été condamné à une amende. Mais le parquet avait fait appel, car il avait déclaré en audience que « ces gens-là » n’étaient pas de « vrais êtres humains ». Il se trouvait au tribunal de Dresde pour répondre de ses déclarations quand il a tué Marwa El-Sherbini venue pour témoigner. Le mari de la victime qui s’était interposé s’est fait accidentellement tiré dessus par la police allemande. Il est, pour l’heure, dans un état critique.

L’Allemagne, islamophobe ?

Pour beaucoup d’Egyptiens, ce crime s’inscrit dans un contexte d’islamophobie grimpante en Europe. Ce sentiment est renforcé par le silence affiché par l’Allemagne. Mardi dernier, Thomas Steg, le porte-parole du gouvernement avait défendu la réaction de l’Outre-Rhin arguant que les détails du cette affaire n’étaient pas suffisamment clairs pour « une réaction spontanée ». « C’est un acte répugnant, qui nous a inquiété et choqué » a-t-il expliqué. Il n’empêche, pour une partie de la communauté musulmane et égyptienne, la mort de Marwa El-Sherbini relève du racisme ambiant présent dans le pays. Selon le quotidien en ligne Menassat, « la mauvaise communication, la crise financière, la persistance des stéréotypes culturels soutiennent le discours populiste et chauvin des partis de l’extrême droite. »

Mobilisations

De son côté, le secrétaire général du Conseil central des juifs en Allemagne, Stephan Kramer, a lui aussi mis en garde contre « l’islamophobie » et a dénoncé le peu de réactions politiques et médiatiques. « J’ai voulu exprimer ma solidarité parce que j’ai été très surpris que les réactions politiques et médiatiques soient si limitées », a-t-il déclaré à l’AFP. « Tous ceux qui ont affirmé que l’islamophobie était un faux débat ces dernières années ont été désavoués ».

Après plusieurs mobilisations notamment, lors des obsèques de Marwa El- Sherbini qui se sont déroulées lundi dernier à Alexandrie, les Egyptiens ont obtenu gain de cause. Cette déclaration de la chancelière devrait apaiser la population qui avait multiplié les appels de soutien sur les sites communautaires et demandé le boycott des produits allemands.