Algérien expulsé de France : djihadiste ou humanitaire ?

La France vient de prendre une décision d’expulser un Algérien vers son pays d’origine. Si les autorités françaises et syriennes le soupçonnent de recruter des jihadistes pour la Syrie, des proches assurent qu’il était parti faire de l’humanitaire.

La France vient de prendre une décision d’expulser un Algérien vers son pays d’origine. Si les autorités françaises et syriennes le soupçonnent de recruter des jihadistes pour la Syrie, des proches assurent qu’il était parti faire de l’humanitaire.

Sala Bouhabila, un Algérien âgé de 37 ans qui vivait chez ses parents à Albertville en Savoie, et soupçonné de recruter des Français pour mener le jihad en Syrie, a été expulsé, jeudi matin, du territoire français. Une première, dans le cadre du récent plan anti-filières jihadistes présenté par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Les autorités françaises indiquent que l’interpellation a eu lieu en mi-mars, alors que l’Algérien d’origine, arrivé en France à l’âge de 2 ans, avec cinq de ses proches, se rendaient illégalement en Syrie. Les personnes qui l’accompagnaient étaient comme lui originaires de Savoie, ces derniers ont été renvoyés en France.

Le ministère français de l’Intérieur affirme que l’homme expulsé en Algérie est lié à des islamistes radicaux impliqués dans l’embrigadement de personnes prêtes à intégrer des filières jihadistes à destination de l’Afghanistan et de la Syrie, alors que pour Bouhabila-père, son fils était parti aider des malades et des handicapés. En clair, il indique que Sala Bouhabila était parti faire de l’humanitaire.

Pour les proches de Sala Bouhabila, présenté comme un homme pieux qui a grandi dans la religion musulmane et « fait sa prière comme tous les gens », « c’est parce qu’il est barbu, on dit qu’il est extrémiste ». Sala Bouhabila a-t-il recruté puis convoyé ces cinq personnes pour mener le djihad en Syrie ou est-il juste un humanitaire ? La question semble entière.