Algérie : retour du personnel de la compagnie pétrolière BP

La compagnie pétrolière britannique, British Petroleum (BP), sera bientôt de retour en Algérie, qu’elle a quittée précipitamment suite à l’attaque terroriste du site de Tiguentourine dans la wilaya d’Illizi, en janvier de l’année en cours.

(De notre correspondant à Alger)

British Petroleum (BP) dont le personnel a été rapatrié au lendemain de l’attaque terroriste perpétrée en janvier dernier contre sa base, à Tiguentourine, dans la wilaya d’Illizi, s’apprête à entamer son retour en Algérie. Le retour prochain de ce géant pétrolier qui n’a pas abandonné son projet consistant à apporter son concours le plus entier à la production du gaz en Algérie a été confirmé hier, par l’ambassadeur du Royaume-Uni en Algérie. La compagnie britannique, partenaire des groupes algérien Sonatrach et norvégien Statoil , dans l’exploitation du site gazier de Tiguentourine, à 40 km d’In Amenas « est toujours engagée à poursuivre ses activités en Algérie ».

Cette déclaration du diplomate britannique accrédité à la capitale algérienne, en marge de la cérémonie de signature des accords entre l’entreprise Sonelgaz et des institutions britanniques dans le domaine de la formation, se veut rassurante. La Grande Bretagne affirme ne pas avoir changé sa vision sur l’Algérie qu’elle considère toujours « stable et sécurisée ». La prise d’otages du site gazier ayant fait 38 morts parmi les travailleurs n’a pas altéré, non plus, l’ambition des britanniques sur « les opportunités d’affaires » dans ce pays du Maghreb.

La reprise des activités de BP sera accélérée pour rattraper le temps perdu causé en grande partie par l’ « exode » du personnel expatrié, suite à cette attaque des plus meurtrières dans l’histoire de l’Algérie. L’arrêt de chantiers de développement d’hydrocarbures dans cette région désertique n’est pas sans conséquences sur l’économie du pays qui en en dépend pleinement.

L’Algérie et le Royaume Uni sont liés aussi par des partenariats relevant du domaine sécuritaire. Des échanges d’informations et de renseignements dans l’optique d’une guerre sans relâche contre le terrorisme et le crime organisé solidifient les liens entre ses deux pays dont le rapprochement se confirme au fil des années.