Algérie : retour au calme en Kabylie après une journée d’émeutes

La célébration du 34e anniversaire du « Printemps amazigh » ne s’est pas déroulée dans le calme, notamment à Tizi-Ouzou où des émeutes ont éclatées dans la journée du dimanche 20 avril.

(De notre correspondant)

L’organisation d’une marche pacifique à Tizi-Ouzou ayant réuni des milliers de personnes, en marge de la célébration du 34e anniversaire du « Printemps amazigh », a tourné au vinaigre. En effet, la journée du dimanche 20 avril a été émaillée d’incidents. Des émeutes ont éclaté dans la matinée entre manifestants, en majorité des étudiants et des forces antiémeutes. L’usage de bombes lacrymogènes pour disperser les manifestants avait rendu l’air irrespirable. Les manifestants, qui ont répondu à l’appel du Mouvement culturel berbère (MCB) et du mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), se sont regroupés devant le campus universitaire de la ville des Genets avant de se diriger vers les grandes artères de la ville.

L’intervention des forces de l’ordre pour disperser les marcheurs n’a pas été au goût de ces derniers qui ont appelé à la mobilisation. Ce qui a donné lieu à l’arrivée de jeunes qui ont allumé la mèche et joué la provocation. Des pneus ont été brulés notamment dans le boulevard Krim Belkacem où la circulation automobile était interrompue. Le déclenchement de ces manifestations intervenant au lendemain de l’attaque terroriste ayant pris pour cible des militaires dans la région d’Iboudrarene, à 40 km au sud-est de Tizi Ouzou, non loin du massif forestier de Takhoukht, a fait craindre le pire aux riverains.

La semaine semble commencer dans le calme. La ville de Tizi-Ouzou a repris son animation habituelle et les écoliers ont repris le chemin des écoles dans la sérénité.