Algérie : PDG de Cevital, Issad Rebrab est sorti de prison

Issad Rebrab

En Algérie, Issad Rebrab, PDG du groupe Cevital, a recouvré la liberté, à l’aube de ce mercredi 1er janvier 2020, après huit mois passés en prison. Les détails de sa libération.

C’est dans la nuit du mardi 31 décembre 2019 au mercredi 1er janvier 2020 que le PDG du groupe Cevital, Issad Rebrab, a été jugé et condamné à dix-huit mois de prison dont six ferme. Le patron de la première entreprise privée d’Algérie, qui venait de passer huit mois en détention provisoire, avait donc déjà purgé sa peine de prison. Il a donc été libéré très tôt ce mercredi 1er janvier, selon l’AFP qui précise que le parquet avait requis un an de prison ferme à son encontre.

Issad Rebrab était poursuivi pour fraudes fiscales, bancaires et douanières. Selon l’APS, le PDG du groupe Cevital a été jugé, dans la nuit du mardi 31 décembre au mercredi 1er janvier, en même temps que deux entreprises. Il s’agit notamment de la structure Evcon, qui se trouve être une filiale du groupe Cevital, et l’établissement bancaire jordanien The Housing Bank for Trade and Finance.

A lire : Algérie : PDG de Cevital, Issad Rebrab incarcéré

Selon des précisions de l’APS, ils étaient poursuivis pour « faux et usage de faux » et « fausse déclaration douanière », pour « surfacturation d’équipements de purification d’eau », qui étaient importés par Evcon. Issad Rebrab a nié tous les faits à lui reprochés. Toutefois, le tribunal a estimé que l’expertise avait démontré une véritable valeur des équipements bien en deçà de celle mentionnée dans la déclaration de douane.

Malgré toutes ses dénégations, Issad Rebrab a été condamné à une payer 10 millions d’euros, l) où l’entreprise Evcon devra s’acquitter d’une amende de 20 millions d’euros. Pour sa part, l’établissement bancaire jordanien The Housing Bank for Trade and Finance a été condamné à payer 23 millions d’euros.

A lire : Algérie, Panama Papers : cité, Issad Rebrab menace