Algérie, Mauritanie : Bouteflika valide un 1er poste-frontière

Le chef de l’Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika, a donné son accord officiel pour l’ouverture du premier poste frontalier entre l’Algérie et la Mauritanie.

Le chef de l’Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika, a donné son accord officiel pour l’ouverture du premier poste frontalier entre l’Algérie et la Mauritanie. Cette validation intervient après un accord signé par les gouvernements des deux pays à la fin de l’année 2017.

Selon un communiqué de l’agence de presse officielle d’Algérie, qui a cité une déclaration présidentielle indiquant que c’est le lundi 21 mai 2018 que le dirigeant algérien a signé le décret portant ratification de l’accord, ce pacte porte sur la création d’un poste frontalier terrestre au niveau de la bande frontalière commune entre le gouvernement de la République algérienne démocratique et populaire et le gouvernement de la République islamique de Mauritanie.

En réalité, c’est le 8 novembre 2017 que le ministre algérien de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, et son homologue mauritanien, Ahmed Ould Abdallah, ont signé cet accord à Nouakchott. Ce pacte vise à établir le premier passage frontalier entre les deux pays. Ainsi, le point de passage, qui permet de « faciliter la circulation des personnes et des biens, intensifier les échanges commerciaux entre les deux pays et éliminer l’isolement des zones frontalières », devrait relier la ville algérienne de Tindouf et la ville mauritanienne de Zouerate.