Algérie : le RCD met en doute la transparence des prochaines législatives

Fixées au printemps 2012, les législatives en Algérie font déjà débat. Bien que le président Abdelaziz Bouteflika aient promis la transparence et l’invitation d’observateurs internationaux qui veilleront au bon déroulement du scrutin, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), parti d’opposition, estime que les délais ne sont pas suffisants pour une élection transparente, et pour une observation digne, rapporte RFI ce mardi. « Ce n’est pas en 2012 que les Algériens vont avoir un Parlement légitime et performant », a déclaré Saïd Saadi, président du RCD. « Tel que nous connaissons le régime algérien, eut égard aux lois qu’il vient de faire passer au Parlement qui sont toutes liberticides, nous avons quelque raison de considérer qu’il n’y a aucune volonté d’ouverture », a-t-il ajouté.