Algérie : le gouvernement Sellal bataille contre la bureaucratie

Le ministère de l’Intérieur s’engage à alléger les procédures administratives à la grande joie de la population qui en souffre depuis l’indépendance.

De notre correspondant à Alger

Le gouvernement Sellal ne lésine pas sur les moyens consistant à alléger les procédures administratives qui sont très pesantes sur la vie des citoyens. Depuis sa prise de fonction en septembre 2012, la lutte contre la bureaucratie et l’amélioration du service public font partie de ses principales priorités.

Pour ce faire les walis, seraient instruits de les répercuter aux daïras et aux APC, aux fins d’alléger les procédures administratives en matière de délivrance de certains documents comme la carte nationale d’identité et le passeport. Un engagement qui est loin d’être sans satisfaction parmi le citoyen lambda. « Le nom Sellal restera gravé à jamais dans nos mémoires. Un chef du gouvernement à l’origine de l’assouplissement de ce joug qui pesait sur nous depuis l’indépendance. Avec ces mesures d’allègement des procédures administratives, l’on peut facilement dire que notre pays a mis un pas dans le développement et peut être au diapason avec les grandes nations de ce monde » nous fait remarquer Ahmed étudiant en informatique.

Dans la même optique, d’autres voix louent cette initiative prise par le gouvernement Sellal qui a décidé de révolutionner l’administration du pays, l’une des plus corrompues au monde. Ainsi pour la délivrance des passeports biométriques, la nouvelle procédure contourne le passage obligatoire de tous les dossiers par les services de la police.
Le document en question ne transitera plus, par les commissariats de police pour enquête. « Avant, l’on devait attendre plusieurs semaines pour se faire délivrer une carte nationale d’identité. Pour le passeport l’on ne parle pas. Son obtention est soumise à plusieurs tracasseries qui sont de nature décourageante » tient à nous déclarer A.Abdeslam , maçon de son état. Le département de Tayeb Belaiz considère que si quelqu’un est poursuivi ou recherché par la justice, il sera appréhendé par la Police des frontières (PAF) lors de son voyage. Le Ministère de l’intérieur à décidé aussi de ne plus soumettre la délivrance du document de voyage à l’obtention de l’acte de naissance n°12 du père du demandeur.

Cet assouplissement des procédures touche également les certificats de résidence, les permis de conduire et les cartes grises. Ainsi la durée de validité des certificats de résidence passe de trois à six mois et cela sans être systématiquement tenu de fournir l’acte de naissance n°12.
Les instructions du ministère de l’intérieur touchent également les procédures de délivrance des permis de conduire et des cartes grises qui seront désormais allégées. Ces documents peuvent être délivrés le jour même du dépôt du dossier. Une nouveauté dans le système administratif algérien depuis l’indépendance. Toujours dans le même chapitre, il est autorisé de présenter un acte de naissance n°12, même non légalisé, comme pièce justificative.

Cette bataille contre la bureaucratie fera de son auteur un héro national.
Il est ainsi reconnu que plus de 80% des documents administratifs exigés n’étaient pas, nécessaires d’où leur suppression. Ces nouvelles réformes engagées par le gouvernement Sellal permettront, à coup sûr au pays de rattraper le retard et surtout au citoyen de respirer et pousser son ouf de soulagement.