Algérie : la répression syndicale inquiète les ONG

Human Rights Watch (Organisation non gouvernementale internationale pour la protection et la défense des droits humains) a dénoncé la semaine dernière, la pression imposée à la formation syndicale en Algérie. L’UGTA, l’Union des travailleurs algériens, s’empare du paysage syndical du pays, laissant hors course les autres organisations qui essaient tant bien que mal de s’imposer. A l’exemple du syndicat des enseignants du supérieur ou encore celui des postiers qui ont déposé des demandes de statuts l’année dernière et attendent toujours l’autorisation pour exercer légalement. Selon Amna Guellali, représentante de Human Rights Watch pour la Tunisie et l’Algérie : « même quand les statuts répondent à ces conditions, les autorités continuent à demander plus de papiers à remplir (…) », ce qui freine le développement des autres syndicats.