Algérie : la population veut prendre d’assaut les maquis pour libérer un otage

Les habitants d’Azeffoun, une localité balnéaire située à une soixantaine de kilomètres à l’est de Tizi-Ouzou, en Kabylie se lanceront dès demain dans une vaste opération de ratissage à la recherche du jeune Aghilas Hadjou, capturé il y a de cela six jours.

(De notre correspondant)

La population d’Azeffoun ne décolère pas. La mobilisation citoyenne est à son summum dans cette localité balnéaire où les habitants des différents villages s’apprêtent à passer à l’action dès demain matin et prendre d’assaut les maquis environnants pour tenter de libérer un jeune de la région, Aghilas Hadjou, enlevé il y a six jours par des inconnus.

Cet enlèvement a suscité un élan de solidarité et de mobilisation mais aussi un sentiment de peur parmi la population qui inscrit dans son programme d’action une grève générale pour mettre la pression sur les kidnappeurs. Fils d’un entrepreneur de travaux publics de la région, Aghilas Hadjou, âgé de 19 ans, a été enlevé par des inconnus qui demandent une rançon, ce que la population, unie comme un seul homme, refuse. Ils sont plus de 4 000 personnes à avoir répondu à l’appel et s’apprêtent à lancer une vaste opération de ratissage jusqu’aux maquis environnants non sans maintenir la pression sur les auteurs, sommés de libérer l’otage sain et sauf et sans condition aucune.

Cet enlèvement qui porte à 72 le nombre de rapts enregistrés dans la wilaya de Tizi-Ouzou depuis 2005 vient replonger la région, qui peine à oublier le spectre des incendies ravageurs de cet été, dans un climat de psychose sans précédent. En Kabylie, région qui détient le record des kidnappings, les entrepreneurs, industriels ou commerçants sont souvent dans la ligne de mire des réseaux de malfaiteurs. En témoigne l’arrestation de plusieurs gangs qui semaient dans un passé récent les troubles parmi les citoyens.