Algérie : l’étudiant Assil a été égorgé parce qu’il « est homosexuel »

On en sait un peu plus sur le meurtre de l’étudiant Assil, égorgé dans la nuit de dimanche à lundi, dans sa chambre universitaire. Les premiers éléments de l’enquête ont révélé que l’étudiant de 21 ans a été tué par qu’il « est gay ».

Sa mort, du fait de la cruauté avec laquelle il avait été assassiné, avait suscité émoi et consternation. Un étudiant, Assil Belalta, âgé tout juste de 21 ans et inscrit à l’université de médecine d’Alger, a, dans la nuit de dimanche à lundi, été égorgé dans sa chambre de cité U. L’on se demandait qui aurait pu commettre ce crime crapuleux. Sans en connaître le contenu, les informations avaient révélé que les auteurs du crime avaient laissé des inscriptions sur le mur de la chambre de l’étudiant. Lesquelles inscriptions avaient été faites avec le sang de la victime. Les meurtriers s’étaient volatilisés avec la voiture de la victime.

A lire : Crime crapuleux en Algérie : qui a égorgé l’étudiant Assil dans sa chambre universitaire ?

La presse algérienne a rapporté que l’étudiant a été tué en raison de son orientation sexuelle réelle ou supposée. Selon El Watan, l’un des suspects n’est autre que le voisin de chambre d’Assil Belalta. Le site indique que ce voisin aurait menacé Assil de mort, la veille des faits. Il serait en outre l’auteur des inscriptions en anglais sur le mur de la chambre qu’il partageait avec le défunt. Il était écrit qu’il a été tué parce qu’il est gay.

L’association LGBT algérienne Alouen a dénoncé ce crime qu’elle associe à une « homophobie institutionnelle et étatique » qui « se banalise» : « Les responsables politiques ainsi que certains médias homophobes sont les vrais coupables de ce crime », a accusé l’association, dans un communiqué. Pour leur part, les étudiants se sont rassemblés pour rendre hommage à Assil, dénonçant « l’absence de sécurité » à l’intérieur et aux abords des cités universitaires.