Algérie, Hamid Grine : « Aucune volonté de fermer El Khabar »

Le ministère algérien de la Communication « n’a aucune volonté de fermer le journal El Khabar ». C’est du moins ce qu’a affirmé le ministre Hamid Grine.

Le ministre algérien de la Communication, Hamid Grine, qui dément « les allégations d’une partie de la presse qui n’arrête pas de me diffamer », a rassuré, ce jeudi 14 juillet 2016 à Oran, que son département « n’a aucune volonté de fermer le journal El Khabar ».

« Il faut que les journalistes d’El Khabar soient rassurés. Ils ne doivent pas écouter d’autres personnes hormis les officiels », a, selon TSA, indiqué le ministre de la Communication. Cette déclaration intervient au lendemain de la décision du tribunal administratif d’Alger d’ordonner l’annulation de la transaction entre Ness Prod, filiale de Cevital, et le groupe El Khabar. « Dès le départ, nous avons fait confiance à la justice souveraine. Hier, elle a tranché en faveur du ministère de la Communication », s’est félicité Hamid Grine.

Le verdict rendu par le tribunal prévoit en outre l’obligation d’El Khabar de payer les frais judiciaires et le retour à l’état initial de la propriété du groupe, dont la direction est connue pour être opposée au chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika. Le groupe de presse, détenu par un collectif de journalistes qui ont cédé la grande majorité de leurs parts à Issad Rebrab pour un montant de plus de 40 millions d’euros, comprend notamment la chaîne de télévision KBC ainsi que l’un des plus grands quotidiens algériens.