Algérie : Dites-le avec un SMS

Les 4,3 millions d’Algériens abonnés aux mobiles n’envoient que très peu de messages avec leur téléphone. Si l’emploi des SMS peine à se généraliser, c’est notamment à cause d’un manque de communication des opérateurs.

De notre partenaire El Watan

Avec plus de 4,3 millions d’abonnés aux mobiles, l’Algérie ne connaît pas encore la frénésie du SMS (Short Message Service) qu’ont connu les autres pays où existent des réseaux GSM. La tradition orale de l’Algérien expliquerait cette attitude des abonnés algériens au mobile.

Une explication qui reste, toutefois, partielle. Les opérateurs mobiles (Mobilis, Djezzy et Nedjma) ont leur part de responsabilité dans ce désintérêt pour ces petits messages texte de 160 caractères. Ils n’ont jamais fait la promotion de ce service. Hassan Kabbani, directeur général d’Orascom Télécom Algérie, avait reconnu, en juillet dernier qu’un abonné, Djezzy envoie en moyenne 5 SMS par mois. On est loin des 17 millions de SMS envoyés par les abonnés d’Orange (France Télécom), la nuit du 15 août dernier, (il est vrai que cet opérateur a offert gratuitement les SMS).

Peu de jeux où les SMS sont sollicités

L’absence de jeu télévisé où les réponses par SMS sont possibles est une autre raison pour ce désintérêt de la part des Algériens, quoiqu’un coup de fouet devrait être donné à ce phénomène après le lancement sur l’ENTV, jeudi prochain, du jeu télévisé « Akher Kalima », où le sponsor Nedjma, prévoit de faire interagir les téléspectateurs par SMS. La langue est un autre frein à la prolifération des SMS. La plupart des jeunes abonnés maîtrisent mieux l’arabe et ont du mal à écrire en français, estiment certains observateurs du marché algérien. La proportion des mobiles avec clavier bilingue reste timide. Les vœux du nouvel an 2005 seront un examen en grandeur nature pour voir l’état d’avancement de la pénétration de la culture SMS chez les abonnés.

Samir Ben