Algérie : des pluies diluviennes font trois morts à Constantine

Des pluies torentielles qui se sont abattues lundi après-midi sur Constantine ont fait trois morts et de nombreux dégâts.

Une partie de l’Algérie a les pieds dans l’eau ! De fortes pluies torrentielles accompagnées de grêle se sont abattues lundi après midi sur Constantine provoquant la mort de trois personnes et l’inondation de plusieurs cités à El Khroub et Ali Mendjeli, rapportent les médias locaux. Parmi les trois victimes, une femme qui a trouvé la mort dans son atelier de couture inondé par les crues à la cité 400 logements à l’unité de voisinage n°9 à la nouvelle ville Ali Mendjeli ainsi qu’un adolescent de 16 ans retrouvé mort à l’unité de voisinage (UV) 1 probablement à cause d’un électrochoc, d’après les médias locaux.

Locaux inondés, routes coupées, tançons effondrés, les habitants touchés par les pluies n’en reviennent pas de l’ampleur de la catastrophe. D’après l’Agence de presse algérienne (APS), des brigades de la protection civile sont intervenues pour pomper les eaux qui se sont infiltrées dans plusieurs quartiers en raison de l’obstruction des avaloirs. Selon le lieutenant Nouredine Tafer, chargé de la communication à la direction de wilaya de la protection civile, les pluies torrentielles ont également provoqué l’inondation de plusieurs unités de voisinage à Ali Mendjeli.

Selon les médias locaux algériens, à El Khroub, les inondations ont touché notamment les cités 250 et 900 logements ainsi que les quartiers de la nouvelle ville Massinissa et le siège de la daïra. Des problèmes liés à la circulation ont été notamment constatés sur la route nationale (RN) 79 reliant les quatre chemins à l’aéroport international Mohamed Boudiaf ainsi que le chemin de wilaya (CW) 101 entre Ali Mendjeli et El Khroub, selon les médias locaux.

De son côté, la population ne cache pas sa rogne face à la situation, pointant du doigt « les responsables locaux et la négligence quasi récurrente de l’entretien des avaloirs », se demandant comment une pluie d’une petite heure de temps « peut engendrer une catastrophe d’une telle ampleur si ce n’est la négligence des responsables ». En attendant, les interventions des équipes de la protection civile sont toujours en cours. Le bilan du nombre de victime pourrait donc bien s’alourdir.

.