Algérie : Bouteflika roule vers un cinquième mandat

Djamel Ould Abbes, secrétaire général du parti majoritaire au parlement, le Front de libération nationale (FLN), a appelé le président Abdelaziz Bouteflika à se présenter pour un cinquième mandat consécutif. Bouteflika a effectué, en chaise roulante, sa première sortie publique dans les rues d’Alger.

Prenant la parole lors d’une réunion samedi, Djamel Ould Abbès secrétaire général du FLN, Front de libération nationale, a demandé à ce que Abdelaziz Bouteflika soit candidat à un cinquième mandat présidentiel. «Il a commencé en 1999 en tant que chef du pays … et il répondra favorablement à notre demande,» a déclaré Ould Abbes, «Ce désir de voir le président rempiler pour un mandat supplémentaire est formulé par tous les militants, les mouhafedhs, les parlementaires, les élus et les cadres du part» a-t-il précisé avant de poursuivre « Sous la présidence de Bouteflika, l’Algérie, qui a connu une situation proche de la guerre civile en 1997, est devenu l’un des pays les plus stables et sûrs grâce à la concorde civile et la Charte pour la paix et la réconciliation nationale ».

Riccardo Fabiani, un analyste politique a déclaré à Al Jazeera« Il est clair que, en l’absence de consensus autour de la succession à Bouteflika, les différentes factions ont opté pour la continuité du régime pour éviter les divisions à un moment délicat (réformes économiques, les troubles sociaux …). »

Yousef Bouandel, universitaire et expert de la politique algérienne, estime également que la popularité du président pourrait être utilisée par les vrais personnes au pouvoir pour maintenir le statu quo. «Il n’a pas parlé au peuple algérien depuis mai 2012. Il n’a pas mené une seule interview lors des dernières élections présidentielles en 2014» “. “Cela donne de la crédibilité à l’idée que Bouteflika est là pour permettre à d’autres personnes de gérer le pouvoir, a déclaré M. Bouandel.

« Un cinquième mandat pour Bouteflika est donc l’option la plus facile, mais en même temps, il est aussi un moyen de reporter le choix d’un successeur de Bouteflika, ce qui sera à un moment inévitable, et d’injecter du sang neuf dans un système de plus en plus sclérosé et inefficace », a déclaré Fabiani.