Algérie : Bouteflika, la mort… politique ?

Le Président algérien, Abdelaziz Bouteflika

Le chef de l’Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika, a annoncé sa « démission » qui « interviendra avant le 28 avril 2019 », date de la fin de son mandat.

Dans un communiqué publié ce lundi 1er avril 2019, le Président algérien, Abdelaziz Bouteflika, a indiqué qu’il prendra des « mesures pour assurer la continuité du fonctionnement des institutions de l’Etat durant la période de transition » avant sa « démission » qui « interviendra avant le 28 avril 2019 ».

Ce communiqué n’a pas donné plus de détail. Si son départ est effectif, Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999 et affaibli par un accident vasculaire cérébral  (AVC) contracté en 2013, signe sa mort politique. En effet, depuis son AVC, le Président n’effectuait quasiment plus de sorties en public, au point que certains observateurs évoquaient un coma politique dans lequel était plongé le dirigeant qui se déplaçait en fauteuil roulant.

Âgé de 82 ans, Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, a constamment été réélu au premier tour avec plus de 80% des voix en 2004, en 2009 et 2014. La quête d’un 5ème mandat en 2019 a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, car ayant poussé son peuple à manifester son désaccord en occupant les rues de ce pays d’Afrique du Nord. Après plus d’un mois d’intenses contestations, le peuple semble obtenir gain de cause avec le départ annoncé de Bouteflika avant la date du 28 avril, initialement prévue pour la Présidentielle. Partira, partira pas, wait and see !