Algérie : après avoir dit « non », le FLN veut officialiser la langue Tamazigh

Coup de théâtre. Après avoir annoncé son refus d’officialiser la langue Tamazigh dans la prochaine Constitution, le FLN vient de changer d’avis.

Décidément, la langue Tamazigh déchaîne les passions en Algérie. Le Front de Libération Nationale (FLN) vient de faire un bond en arrière en ce qui concerne son officialisation. Le parti au pouvoir entend finalement la demander dans le cadre de la révision constitutionnelle.

« Nous avons longtemps discuté cette question et nous avons décidé finalement de proposer l’officialisation de tamazight dans la future Constitution. Ce choix vise à consolider la cohésion nationale », a affirmé un responsable du FLN dans une déclaration à Elwatan.com.

Il y a quelques jours encore, le 5 juin, le gouvernement affirmait pourtant qu’il serait difficile, voire compliqué, d’officialiser cette langue « alors que sur le plan académique, on ne maîtrise même pas son enseignement au niveau de l’école ». Ce même jour, à l’Assemblée nationale populaire (APN), Abdelmalek Sellal avait tenté de relativiser en réaffirmant qu’il s’agit là d’un « projet civilisationnel qui ne concerne pas uniquement une seule époque de notre histoire. La Réconciliation, telle que nous la concevons, concerne tous les Algériens à partir de l’indépendance », avait-il précisé.

Le document du FLN comprend en outre des propositions allant dans le sens du « renforcement du pouvoir du Parlement » dans le cadre d’un « régime semi-présidentiel », a ajouté la même source.

Amar Saadani, Secrétaire générale du FLN, a déclaré ce jeudi à l’issue de sa rencontre avec Ahmed Ouyahia, directeur de cabinet de la présidence chargé de conduire les consultation autour du projet de la révision constitutionnelle, que son parti a présenté au total 33 propositions portant notamment sur « la consécration de l’Etat de droit et la séparation des pouvoirs ».