Algérie : Abdelmadjid Tebboune refuse l’ingérence de la France

Le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune
Le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune

Le Président algérien a réagi aux propos du Président français, Emmanuel Macron, tenus lors d’un échange avec dix-huit jeunes issus de familles qui ont intimement vécu la guerre d’Algérie. Dans un communiqué publié samedi,  Abdelmadjid Tebboune hausse le ton et rappelle immédiatement Mohamed Antar Daoud, l’ambassadeur d’Algérie à Paris pour consultations.

Les propos tenus par Emmanuel Macron, lors d’un échange avec dix-huit jeunes issus de familles qui ont intimement vécu la guerre d’Algérie ont fait réagir Alger. « A la suite des propos non démentis que plusieurs sources françaises ont attribués nommément au président de la République française, l’Algérie exprime son rejet catégorique de l’ingérence inadmissible dans ses affaires intérieures que constituent lesdits propos », lit-on dans ce communiqué relayé par les médias algériens.

« Atteinte inacceptable »

M. Tebboune ajoute que les « déclarations de Macron constituent une atteinte inacceptable à la mémoire de 5 millions 630 mille martyrs qui ont consenti le sacrifice suprême, à travers une résistance courageuse contre la colonisation française, entre les années 1830 et 1962 ». « Les innombrables crimes de la France coloniale et le génocide contre le peuple algérien – qui n’est pas reconnu par la France – ne peuvent faire l’objet de manœuvres offensantes », poursuit le communiqué.

Les relations entre la France et l’Algérie ne sont pas au beau fixe. A la base, Paris a pris, mardi dernier, la décision de réduire de moitié les visas accordés aux Algériens souhaitant se rendre en France. A cela s’ajoute les déclarations d’Emmanuel Macron, dans un article publié samedi matin par le journal Le Monde, apprend-on de nos confrères algériens. D’après nos sources, le Président français a estimé que l’Algérie construit, depuis son indépendance, sur « une rente mémorielle », entretenue par « le système politico-militaire ».

A lire : Pourquoi Alger a convoqué l’ambassadeur de France