Alger : l’Arabie saoudite trop brut avec l’Opep

Une réunion des pays producteurs va se tenir à Alger pour éviter une guerre des prix entre membres de l’Opep. Une conférence de presse commune est prévue ce week-end.

Une délégation des onze pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), conduite par son secrétaire général, Riwanu Lukman, se réunira ce week-end à Alger, selon un communiqué du ministère de l’énergie et des mines repris par le quotidien gouvernemental  » El Moujahid « .

Outre les experts, le prince saoudien Abdelaziz Ibn Salman Al Saoud et le ministre vénézuélien du pétrole, Ali Rodriguez, président en exercice de l’Opep, seront présents à cette réunion qui se tiendrait, de même source, à l’hôtel Sheraton situé dans la capitale algérienne.

Nul doute qu’au delà des  » questions relatives au rôle futur de l’organisation (…), la protection de l’environnement et le développement de technologies appropriées «  qui officiellement figurent à l’ordre du jour, c’est le souci de désamorcer une crise grave que chacun des participants à en tête.

 » Complot américain « 

L’annonce lundi, par le ministre saoudien du pétrole, Ali Ben Ibrahim, d’une hausse de la production nationale de 50 000 barils par jour, a provoqué une baisse de 1, 5 dollar US du cours de pétrole en quelques heures.

Cette initiative unilatérale pour enrayer la flambée du brut a provoqué la colère de l’Iran et de l’Irak qui ont accusé Ryad de céder aux pressions américaines. La mesure saoudienne  » s’inscrit dans le cadre d’une série de complots dangereux dirigés par les USA «  a déclaré un officiel irakien, repris par l’agence gouvernementale, l’INA.

L’Algérie qui compte parmi les trois nations africaines membres de l’Opep ( avec le Nigeria et la Libye) et est candidate à sa présidence, cherche à éviter une guerre des prix comparable à celle des années 80 qui avait menacé jusqu’aux fondements mêmes de l’organisation.

Les déclarations saoudiennes ont en effet été suivies presque instantanément par un communiqué des Emirats arabes unis, déclarant qu’ils allaient prendre des mesures similaires.