Alger en 24 heures

Des invités, des débats, des documentaires, des reportages… C’est un week-end riche qui s’annonce avec l’émission  » 24 heures à Alger  » de TV5, présentée les 28 et 29 juin prochains par Frédéric Mitterrand. Une programmation pour découvrir, pénétrer et comprendre la capitale algérienne.

TV5 tourne ses caméras vers Alger le temps d’un week-end. Les 28 et 29 juin prochains, la chaîne francophone fait escale dans la capitale algérienne pour un  » 24 heures à  » présenté par Frédéric Mitterrand. Le journaliste n’était pas retourné à Alger depuis 15 ans. L’émission est donc pour lui un prétexte à la redécouverte de la ville blanche.

Après quatre jours de tournage, soit 150 heures de documentaire (entretiens, rencontres, tête-à-tête),  » J’ai découvert que l’Algérie était rude « , a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse, dimanche, à la Villa Pouillon.  » Je repars enrichi « , a-t-il poursuivi,  » Je serai plus attentif qu’avant. J’ai le sentiment qu’il y a eu une approche différente qui en appelle d’autres…  »

Plateaux au Bardo

Frédéric Mitterrand et son équipe inviteront le téléspectateur à se perdre dans la Casbah, à écumer la plage, à visiter le musée des Beaux-Arts et la cinémathèque, à flâner au jardin d’Essai et à Bab el Oued… Trois grands plateaux seront animés depuis le musée du Bardo, mêlant débats et programmations musicales. Ecrivains, cinéastes et intellectuels réfléchiront ensemble autour de trois thèmes :  » Que peut la littérature ? « ,  » Où va le cinéma algérien ?  » et  » Quel avenir pour nos enfants ?  »

A noter également : l’excellente programmation de sept documentaires judicieusement choisis. Parmi eux, on retrouve Le rêve de Sisyphe de Faouzia Fekiri, Fipa d’or 2001, et Algériennes 30 ans après de Ahmed Lallem, deux films présentés cette année au Festival international de court-métrage de Clermont-Ferrand (France). Et côté cinéma, ne pas rater Omar Gatlato de Merzak Allouache, film de 1976 devenu un classique du cinéma algérien.

L’émission malgré le séisme

Malgré le séisme qui a ébranlé l’algérois il y a peu, TV5 a décidé de maintenir l’émission programmée depuis le début de l’année.  » Alors que Frédéric Mitterrand et l’équipe de TV5 étaient à Alger pour effectuer les repérages de l’émission, la terre a tremblé à l’est de la ville « , explique la chaîne.  » Depuis, le décompte funèbre du nombre des victimes, l’évaluation de l’ampleur des dégâts et la mise en place progressive des secours sont les seules images qui parlent de l’Algérie au monde.  » Le week-end prochain sera l’occasion de voir la ville et ses habitants d’un autre oeil.

Même si, comme l’explique Frédéric Mitterrand,  » 24 heures à Alger ne prétend pas modifier fondamentalement le regard qu’on a porté sur la ville, et encore moins intervenir sur la perception qu’en ont les Algérois eux-mêmes. L’émission souhaite apporter un complément d’informations qui puisse nous rapprocher encore un peu plus d’une ville où se joue une part de l’avenir. Si nous y parvenons, nous aurons respecté le cahier des charges de TV5.  »

24 heures à Alger sur TV5 les 28 et 29 juin 2003.