Alger à 20 ans

 » Avoir 20 ans à Alger « , c’est l’histoire de Djamel, de Saïd, d’Inès ou d’Hocine, écrite par Aziz Chouaki. C’est aussi l’histoire de ces anonymes immortalisés par la rétine photographique de Bruno Hadjih. C’est à lire et à voir aux éditions Alternatives.

Saïd Di Caprio, Salim Resto, Inès la  » Cendrillon d’Alger « , Hocine  » chauve, court sur pattes, look rien, impossible à définir. Un jour islamo-rap, l’autre clean-junky, prototype parfait du sauvageon algérois multi-standard « , sont quelques-uns des jeunes d’Alger que l’on croise dans le texte de Aziz Chouaki. On suit Djamel, le rappeur, qui a appelé son groupe  » Visa  » car il n’a jamais pu en avoir un pour traverser la Méditerranée.

Djamel qui s’est fait  » lourder de l’école en 3ème, se faisait chier, arabisation à donf, on dirait une autre langue « . Qui a perdu deux frères et une soeur dans un attentat,  » plus sa mère estropiée, perdu une jambe « . Djamel qui zone avec ses potes, fume des pétards et regarde les filles. Djamel qui rêve d’ailleurs. C’est ça,  » Avoir 20 ans à Alger « .

Gavroche algérois

Et s’il y a des clichés dans ce livre, ils ne sont que photographiques. Le photo-reporter Bruno Hadjih est parti à la rencontre des jeunes Algérois et livre une vision sans misérabilisme de la jeunesse algéroise. Les couche-tard croisent les lève-tôt dans la pâleur d’une aube naissante, les concours de tchatche vont bon train, les parties de billard aussi. Un gavroche d’Alger s’accoude à un mur dans une lumière floue. Des photos, au grain intense, de fêtes nocturnes et d’amours à la plage s’étalent sur les pages.

Beaucoup ont été prises la nuit, sombres et lumineuses à la fois. C’est le paradoxe algérien : la noirceur en pleine lumière. On est vite envoûté par ces ciels apocalyptiques et angoissants, ces ombres découpées et ces visages flous, dissimulés par des volutes de fumée. Après Téhéran, Bamako et La Havane, les éditions Alternatives poursuivent avec bonheur leur panorama de la jeunesse mondiale.

Commander le livre :  » Avoir 20 ans à Alger « , éditions Alternatives, 80 F.

Lire aussi :

Les Oranges d’Aziz Chouaki

Le grand rire du maître