Aimé Césaire est mort

Aimé Césaire, figure incontournable du monde noir, est décédé ce matin à 94 ans au CHU de Fort-de-France. L’œuvre de ce grand homme est majeure. Il était un des père du courant de la négritude qui revendiquait les valeurs intellectuelles et culturelles de l’homme noir.

Message d’Abdou Diouf

Au moment où disparaît l’une des plus grandes figures de la littérature du XXème siècle Monsieur Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, exprime sa très grande émotion à la suite du décès, ce jeudi 17 avril 2008, d’Aimé Césaire. « Je salue la mémoire d’un homme qui a consacré sa vie aux multiples combats menés sur tous les champs de bataille où se jouait le destin culturel et politique de ses frères de race, un combat noble car exempt de cette haine qu’ il avait en horreur » a déclaré M. Abdou Diouf.

Apprenant la disparition du grand homme, Abdou Diouf a voulu associer l’ensemble de la communauté francophone à l’hommage que le monde rend, aujourd’hui, à Aimé Césaire. Il a notamment salué le « poète qui a su prendre les dimensions de l’univers, tout en restant profondément attaché aux valeurs culturelles du monde noir », mais aussi « l’homme qui a vécu sa francophonie dans l’abondance de ses œuvres qui font chanter la langue que nous avons en partage dans tous les genres littéraires et plus particulièrement dans la poésie le théâtre, l’essai et l’histoire. Aimé Césaire a admirablement manifesté dans ses écrits ce qu’une illustre figure du surréalisme a appelé le don du chant, la capacité du refus et le pouvoir de transmutation » a-t-il ajouté.

M. Abdou Diouf adresse à la famille et aux proches d’Aimé Césaire ses plus sincères condoléances et s’associe à leur deuil en ces moments si douloureux pour toute la famille francophone.

Aimé Césaire est, avec le Sénégalais Léopold Sédar Senghor et le Guyanais Léon-Gontran Damas, l’un des chantres du courant de la « Négritude ».

Lire aussi:

 L’héritage d’Aimé Césaire

 Revoir Aimé Césaire