Agressions sexuelles en Allemagne : ça craint au Maroc et en Algérie

Au Maroc et en Algérie, des craintes de représailles xénophobes se font jour en Allemagne contre leurs ressortissants après une série d’agressions durant la nuit du Nouvel An à Cologne.

Les familles marocaines et algériennes ayant des ressortissants en Allemagne ne dorment plus sur leurs deux oreilles. En ce sens que des craintes de représailles xénophobes se font jour en Allemagne contre leurs ressortissants après une série d’agressions durant la nuit du Nouvel An à Cologne (ouest), alors que la quasi-totalité des suspects des violences étant d’origine étrangère, d’après les indications des autorités allemandes.

Avec plus de 500 plaintes, dont 40% pour agressions sexuelles, déposées depuis le 1er janvier, ces événements ont placé la chancelière Angela Merkel et sa politique d’ouverture aux réfugiés dans une position très inconfortable. D’ailleurs, ce mardi, la chancelière doit donner une conférence de presse, ce mardi 12 décembre 2016, à la mi-journée, à l’occasion de la visite en Allemagne du Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal.

Le ministre allemand de l’Intérieur de l’Etat régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Ralf Jäger, a déclaré que les agressions de Cologne avaient été commises presque exclusivement par des personnes d’origine immigrée, notamment du Maghreb et d’autres pays arabes. Il a en outre ajouté que 14 des 19 suspects identifiés sont originaires du Maroc et d’Algérie. Le ministre s’est inquiété du danger de stigmatiser les étrangers à la lumière de ces événements. Ce qui met les ressortissants de ces deux pays sur la sellette.

Durant la nuit de la Saint-Sylvestre, près d’un millier d’hommes se sont rassemblés devant la gare de Cologne. Des heurts y ont éclaté et des agressions sexuelles y ont été commises avant l’évacuation de la place.