Afrique Magazine fête ses 25 ans

Le mensuel Afrique Magazine fête cette année ses 25 ans d’existence. Propriété du groupe Jeune Afrique pendant 22 ans, le magazine est indépendant depuis trois ans et est diffusé à près de 35 000 exemplaires. Son président directeur général, Zyad Limam, revient avec Afrik.com sur le bilan des 25 dernières années et les moments forts de 2008 en Afrique et dans le monde.

Afrique Magazine a 25 ans ! Le mensuel panafricain international, né en décembre 1983, s’est forgé une réputation au sein du groupe Jeune Afrique dont il a dépendu pendant 22 ans. Aujourd’hui indépendant, il est édité à près de 35 000 exemplaires. Son ambition : parler à « toutes les Afrique : le Maghreb, l’Afrique subsaharienne, les diasporas » des « cultures, du show-biz, du sport, des gens « qui comptent », mais aussi aux grandes évolutions sociales et politiques ». Le président directeur général et rédacteur en chef d’Afrique Magazine, Zyad Limam, revient avec Afrik.com sur les ambitions du journal et dresse un bilan des 25 dernières années jusqu’à 2008. Interview.

Afrik.com : Votre magazine fête cette année ses 25 ans. J’imagine que c’est une fierté pour vous d’être présent depuis si longtemps ?

Zyad Limam :
Tout à fait. A titre personnel déjà. J’ai commencé très jeune en écrivant pour les rubriques « voiture » et « cinéma » à Afrique Magazine. Aujourd’hui je suis fier d’être toujours là. Je n’ai jamais vraiment quitté le groupe Jeune Afrique, mais depuis 3 ans Afrique Magazine est indépendant et les résultats sont très encourageants. C’est aussi une fierté à titre professionnel car il est très difficile d’exister dans le milieu de la presse panafricaine. Heureusement nous n’avons jamais perdu d’argent. Nous essayons de nous diversifier en faisant aussi de la communication et en proposant de nombreux services. Nous espérons pouvoir être lus sur Internet très bientôt. Mais Afrique Magazine reste le « bateau amiral » pour l’instant.

Afrik.com : Est-ce qu’Afrique Magazine a souffert de la crise économique ces dernières semaines ?

Zyad Limam :
On a surtout ressenti les répercussions de la crise financière sur les débouchés publicitaires, la publicité internationale hors Afrique principalement (voitures, modes, bijoux, …) Heureusement, le chiffre de la publicité africaine a compensé ces pertes. Je pense d’ailleurs que toute la presse panafricaine a intérêt à se tourner vers la publicité africaine dans les mois à venir. C’est la clé de survie en période de crise. Il y a beaucoup d’opportunités en Afrique, beaucoup de pays émergents à explorer. Nous pensons intégrer à Afrique Magazine une régie autonome pour la publicité et les activités commerciales.

Afrik.com : Et en matière de ventes de magazines, la crise a-t-elle eu un impact ?

Zyad Limam :
La vente d’exemplaires n’a pas baissé. On prévoit même une augmentation pour 2009. Afrique Magazine est aujourd’hui dans une phase de consolidation. Pendant longtemps on était le deuxième titre de Jeune Afrique mais aujourd’hui c’est une parution complètement indépendante. Notre but est que la marque s’installe durablement sur le marché. Si elle doit concurrencer Jeune Afrique un jour, pourquoi pas ? De toute façon le marché est immense.

Afrik.com : Quelle est votre ligne éditoriale ?

Zyad Limam :
Pendant longtemps Afrique Magazine a été perçu comme un magazine juste people et culture. Aujourd’hui nous traitons de l’actualité mais sous une forme bien particulière. Portraits, grands reportages, photos. J’espère que le produit ressemble à une génération, celle des 30-45 ans, qui incarne la modernité des grandes villes africaines. Nous voulons capter l’Afrique qui bouge. Pour faire une comparaison un peu osée et pas très humble, je dirais qu’Afrique Magazine ressemble beaucoup à Vanity Fair, éclectique et diversifié. C’est un peu le reflet de l’Afrique transitionnelle, vivante.

Afrik.com : Quel bilan tirez-vous de l’année 2008 en Afrique et dans le reste du monde ? En quelques dates clés …

Zyad Limam :
Une date clé qui n’en est pas une justement : les élections en Côte d’Ivoire qui n’ont pas eu lieu. C’est un fait marquant je pense, pour toute la région. Sinon les massacres et les souffrances comme au Darfour par exemple. Ce qui m’a marqué, c’est toute l’agitation internationale qu’il ya eu autour de cette crise humanitaire qui a beaucoup contrasté avec l’absence de résultats sur le terrain. Ensuite, la transparence dans les élections au Ghana. Personne n’est descendu dans la rue contester les résultats, personne ne s’est bagarré, c’est très positif.
Sinon dans le monde l’élection américaine bien sûr qui change la donne mondiale et planétaire. L’élection de Barack Obama a montré l’humanité dans toute sa différence.

Afrik.com : Et un bilan des 25 dernières années ?

Zyad Limam :
Le plus important, selon moi, c’est l’émergence d’un autre monde. Alors que la planète était divisée en deux pendant la guerre froide, on assiste aujourd’hui à l’émergence des anciens colonisés, longtemps négligés. La Chine, l’Inde, le Brésil, l’Indonésie et même une partie de l’Afrique sont en pleine transformation. Ce monde colonial s’est adapté au monde libéral et aujourd’hui l’opportunité est chez eux. Démographie et créativité, la nouveauté est ailleurs. Ce qui est dommage c’est que l’Afrique ne soit pas encore tout à fait inscrite dans cette dynamique mais elle en profitera très certainement. Elle a des ressources en eau, en matières premières, en terres arables. La question est : ce potentiel va-t-il être bien exploité par l’Afrique ? Je retiens aussi bien sûr la fin de l’apartheid.

Afrik.com : Quels seront les grands enjeux de 2009 ?

Zyad Limam :
L’Afrique devra survivre à la crise économique. Les impacts sont à venir, mais on constate déjà une baisse de l’aide publique au développement, des crédits internationaux, de l’exploitation des matières premières.
J’espère que 2009 verra se régler les crises en République Démocratique du Congo, au Darfour et en Côte d’Ivoire. Si, en 2009, on trouve, ne serait-ce que des débuts de réponse à tous ces problème, ce sera une bonne année.

Lire aussi :

 AM Live, le blog d’« Afrique Magazine »