Afrique du Sud : sur internet la nuit où il a tué son amie, Pistorius se contredit


Lecture 2 min.
arton37665

Enième rebondissement dans l’affaire Oscar Pistorius. Selon les derniers éléments de l’enquête, l’athlète paralympique surfait sur le Net la nuit où il a abattu sa petite amie, alors qu’il avait déclaré avoir passé une soirée en amoureux.

Enième rebondissement dans l’affaire Oscar Pistorius. Selon les derniers éléments de l’enquête l’athlète paralympique surfait sur le Net la nuit où il a abattu sa petite amie, alors qu’il avait déclaré avoir passé une soirée en amoureux.

La nuit de la Saint-Valentin 2013 où il a tué sa petite amie, l’athlète paralympique sud-africain Oscar Pistorius aurait eu des activités sur internet. Cette nouvelle donne contredit sa version basée sur une soirée en amoureux sans nuage. C’est ce que rapporte, ce samedi, la presse sud-africaine. En effet, le Saturday Star cite les réponses en 13 points du parquet à la défense précisant la façon dont il entend prouver que Pistorius est coupable de meurtre prémédité et qu’il avait une raison et l’intention directe de tuer son amie, Reeva Steenkamp.

RTL qui cite Saturday Star indique que « le quatrième point de cette liste indique des activités sur le web de l’accusé qui sont en contraste direct avec celle d’un couple aimant, passant du temps ensemble. Selon le journal, le parquet a aussi obtenu des éléments à charge auprès d’amis de la victime sur « la conduite de la défunte durant la relation », ainsi que le témoignage de deux voisins ayant entendu des cris de femme avant les coups de feu, tout comme une première voisine demeurant à une centaine de mètres, déjà citée dans l’enquête.

Selon le journal, ce qui étonne le parquet, c’est le fait que Pistorius n’ait pas appelé la police ou les vigiles de sa résidence, encore moins demandé de l’aide. L’athlète a préféré appeler ses amis avant d’ « inventer une ligne de défense ».

Oscar Pistorius dont le procès doit débuter le 3 mars à Pretoria, habitait dans une résidence hautement sécurisée de la capitale sud-africaine. Il explique avoir tiré sur la porte fermée des WC de sa chambre après avoir entendu du bruit, ayant cru à un cambriolage.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter