Afrique du Sud : les mineurs réclament plus de sécurité

Les mineurs sud-africains se sont mis en grève ce mardi afin que soient renforcées les mesures de sécurité dans les mines du pays. Le déficit en la matière a déjà causé la mort de 202 ouvriers depuis le début de l’année. Les compagnies minières sont fortement touchées par ce mouvement social.

C’est le plus important mouvement social qu’ait jamais connu le secteur minier pour de telles revendications. Les mineurs ont déclenché, ce mardi, une grève de 24h pour exiger l’amélioration des conditions de sécurité. Un coup dur pour l’économie sud-africaine et les entreprises d’exploitation minière. Le secteur minier emploie de plus d’un demi million de mineurs. L’Afrique du Sud est le premier producteur mondial d’or et de platine et compte parmi les plus importants producteurs de charbon et de diamant. Le mouvement a été largement suivi dans le pays. Selon le principal syndicat des mineurs – National Union of Mineworkers (NUM) – qui rassemble 240 000 adhérents et qui est à l’origine du mouvement social, plus d’une soixantaine d’entreprises sont perturbées par cette journée de grève. Parmi elles, les plus gros groupes du secteur, dont AngloGold Ashanti opérant dans l’or.

Un secteur tout-puissant

Les grévistes ont présenté leurs revendications à l’issue d’une marche sur la Chambre des mines, organisation qui représente les compagnies minières. Environ 45 000 personnes y ont participé, selon le NUM. Un mémorandum demandant notamment « aux compagnies minières de prendre les mesures nécessaires pour que les mines soient plus sûres et au gouvernement de prendre des sanctions contre celles qui se montreraient négligentes a été remis au président de la chambre », précise-t-on chez les mineurs.

Depuis le début de cette année, 202 personnes ont trouvé la mort. Les chutes de pierre, les explosions et les éboulements – les ouvriers attendent d’ailleurs des entreprises qu’elles investissent dans des recherches pour les prévenir – sont les principales causes d’accident. Le dernier incident en date remonte à octobre dernier. Plus de 3 200 mineurs sont restés bloqués dans une mine d’Harmony Gold, située à environ 100 km au sud-ouest de Johannesburg. La rupture d’un conduit avait entrainé une panne du système d’ascenseur. Les mineurs ont été remontés au bout de trente heures. Le président Thabo Mbeki avait alors commandé « un audit de toutes les mines pour déterminer si elles répondent aux normes de santé et de sécurité définies par la loi ».

La sécurité, un problème qui fait l’unanimité

Les entreprises exploitantes reconnaissent que les mines sud-africaines comptent parmi les plus dangereuses au monde parce que plus profondes. Le taux de mortalité y est supérieur de 50% à celui des installations minières américaines, autraliennes ou canadiennes et le chiffre stagne depuis 2005. « Nous avions fait de beaux progrès en 2005, mais aucun en 2006. Et en 2007, nous avons réduit nos performances », confiait en octobre dernier à l’AFP, Sietse van der Woude, conseiller pour les questions de sécurité à la Chambre des mines. Les causes de cette mortalité élevée dans les mines en Afrique du Sud, selon lui : un « important turn-over » et le manque d’inspecteurs pour effectuer les contrôles nécessaires. Un sentiment que partage Peter Bailey, un des porte-paroles du NUM, qui estimait « que la réglementation sur la sécurité dans les mines (était) suffisante mais mal appliquée. « Nous devons faire en sorte que la négligence coûte cher, de façon à ce que l’industrie n’ait plus les moyens de se le permettre », préconisait-il alors.

La grève de ce mardi constitue le moyen de faire pression sur les industriels de ce secteur. S’ils ne savent pas exactement ce que va leur coûter cette journée, ils sont néanmoins déjà certains que leur production sera affectée. Les mineurs sud-africains ont menacé de reconduire leur mouvement après les fêtes de fin d’année si leurs revendications n’étaient pas satisfaites. En attendant, « le travail reprend dès demain matin », assure-t-on au syndicat des mineurs.