Afrique du Sud : les grévistes du secteur du platine lâchent du lest

Les grévistes du secteur du platine ont mis sur la table une nouvelle offre pour mettre un terme au mouvement qui paralyse la production depuis plusieurs mois.

Les grévistes du secteur du platine seraient-ils usés par leur grève qui dure depuis le 23 janvier ? Une nouvelle offre salariale a été mise sur la table pour tenter de mettre fin à la grève qui paralyse les principaux producteurs de platine en Afrique du Sud et pénalise l’ensemble de l’économie nationale, depuis fin janvier. « Il y a une nouvelle offre, qui a été mise sur la table par le ministère des Mines. Nous en discutons avec eux », a indiqué à l’AFP Jimmy Gama, le trésorier du syndicat radical Amcu, majoritaire parmi les mineurs de platine.

Il a toutefois refusé de révéler des détails sur cette nouvelle offre. Selon plusieurs médias locaux, la hausse proposée équivaudrait à 7,5% ou 800 rands mensuels de plus pour les mineurs les moins bien payés, et elle s’appliquerait sur cinq ans, de 2013 (avec effet rétroactif) à 2017. Du côté des employeurs, les trois majors Anglo American Platinum (Amplats), Impala Platinum (Implats) et Lonmin ont confirmé avoir reçu une « recommandation » du groupe de travail mis en place par le ministère des Mines.

Une issue à la grève peut néanmoins être envisagée. « Cette proposition, dans laquelle ce groupe de travail voit un compromis juste et raisonnable, vu la situation financière des compagnies et les demandes d’Amcu », est actuellement examinée par les trois entreprises, a indiqué à l’AFP leur porte-parole, Charmane Russell. Pour le moment, aucun calendrier n’a été fixé, mais les parties prenantes sont en contact permanent, a-t-elle ajouté, précisant que les employeurs allaient répondre « aussi vite que possible, afin qu’une solution puisse être trouvée ».

La grève a paralysé le secteur du platine, ce qui pèse lourd sur l’économie sud-africaine, faisant perdre 667 millions d’euros. Les employeurs ont à plusieurs reprises appelé les salariés à se remettre au travail. San succès. Peut-être que cette nouvelle offre sera la clé pour résoudre le conflit.